30/08/2006

Chupacabra : mutilation de bétail à Porto Rico

Depuis 1995, une mystérieuse créature a fait son apparition sur l'île de Porto Rico, dans les Caraïbes. Elle est appelée "El Chupacabra", littéralement "Le suceur de chèvres". Pourquoi lui avoir attribué un tel nom ? Cette étrange créature aurait tué de nombreux animaux (vaches, moutons, chèvres, etc.) après les avoir au préalable vidés de leur sang et autres fluides vitaux.

Chupacabra : ...

De nombreux animaux morts et mutilés sont ainsi régulièrement retrouvés et depuis une dizaine d'années, les spécialistes estiment qu'il a été rapporté plusieurs milliers de cas de mutilations animales sur l'île de Porto Rico.

Observations du Chupacabra

Les autorités portoricaines affirment que ces morts à répétition sont l'oeuvre de chiens sauvages, de singes ou d'autres animaux étrangers à la région et introduits illégalement sur le territoire.

Mais dans ce cas, comment expliquer que de nombreux observateurs déclarent avoir aperçu le Chupacabra ? En effet, il arrive fréquemment que des témoins rapportent avoir vu cette fameuse créature, que ce soit de nuit ou en plein jour.

"Je voudrais être en face de la personne qui dit que le Chucapabra" est un chien ou un singe pour lui rire au nez. Il n'y a personne pour me dire que le monstre que j'ai vu n'était pas réel. Je l'ai vu avec mes yeux et je ne suis pas fou.", déclare un témoin.

En général, la créature est décrite comme ayant une tête de forme ovale, avec une mâchoire proéminente. Elle possèderait deux gros yeux rouges, de petits trous pour les narines, une petite bouche en forme de fente avec des crocs saillants vers le haut et vers le bas. Elle serait couverte de poils noirs. Enfin, elle possèderait deux petits bras, avec des mains à trois doigts, terminés par des griffes, ainsi que deux fortes jambes à trois griffes.

Selon les témoins, cette créature se déplacerait avec une excellente aisance et habilité. D'ailleurs de nombreuses personnes ont tenté de la capturer et de nombreuses battues ont eu lieu, sans succès... Enfin, de nombreux indices permettent de faire penser que plusieurs créatures de la sorte sont présentes sur l'île.

Mutilations animales

Les animaux mutilés sont retrouvés avec de petits trous parfaitement circulaires (variant de 0,6 à 1,25 centimètre) et pénétrant profondément dans le cou, ou juste sous la mâchoire de l'animal. Dans la majorité des cas, ces trous arrivent dans la tête de l'animal. Un de ces trous part de l'os de la mâchoire, jusqu'au cerveau et plus précisément jusqu'au cervelet, le perforant et tuant donc immédiatement l'animal. Ces détails semblent indiquer une technique d'euthanasie évitant toute souffrance à l'animal durant sa mise à mort, ce qui implique également une certaine intelligence de l'attaquant.

Scientifiques et médecins estiment donc que nous n'avons pas affaire à un animal carnivore ou un prédateur d'une espèce connue de la science.

Tentatives d'explications

De nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer la présence de cette mystérieuse créature et de ses victimes à répétition. Tour d'horizon des principales théories...

Comme vu précédemment, l'explication officielle serait que ces morts à répétition sont l'oeuvre de chiens sauvages, de singes ou d'autres animaux étrangers à la région et introduits illégalement sur le territoire. Cette théorie ne tient pas, pour la simple raison qu'aucun prédateur connu sur Terre utilise de telles méthodes pour la mise à mort de ses victimes.

Certains pensent que des sectes religieuses ou sataniques pourraient commettre ces actes mais les cas d'animaux mutilés sont trop nombreux pour accréditer cette explication : aucune secte n'aurait les ressources financières nécessaires pour mener à bien une telle opération.

Étrangement, l'apparition du Chupacabra coïncide avec une importante vague d'observations d'OVNI au-dessus de l'île de Porto Rico. Certains ont donc fait le rapprochement et pensent que Chupacabra et OVNI sont liés.

Enfin, une autre hypothèse est que ces créatures observées sont le produit de manipulations génétiques par des agences humaines.

Chupacabra : Croquis du Chupacabra.
Croquis du Chupacabra.

Conclusions

Le nombre de morts augmente et la communauté portoricaine demande des explications.

Mais pour l'heure, nous ne pouvons faire que des suppositions quant à l'origine de ces mutilations animales... Est-ce là l'oeuvre du Chupacabra ? Ou cette créature n'est-elle qu'une légende prise trop au sérieux ?

26/08/2006

Poltergeist

 

Poltergeist , 1982 aux USA , une incroyable histoire de fantôme sort sur les écran : Poltergeist . Le film raconte la vie d'une famille confrontée à des esprit frappeurs. Esprit qui auraient réellement existé ! La série des Poltergeist est frappé d'une étrange malédiction.

Quelques jours après la sortie du film l'actrice Dominique Dunne une des héroine, est étranglée en pleine rue par son fiancée.

En 1985 , peu aprés la fin du 2eme volet , Julian Beck , le pasteur diabolique, meurt d'un cancer.

Avant que commence le torunage du 3eme film, Will Sampsons, le sorcier indien ; meurt des suites d'une opération.

Au cours du tournage de Poltergeist 3 en 1987, la jeune actrice qui joue Carol-Anne fut frappée d'une étrange maladie et mourut en 1988.

 

20:35 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poltergeist, paranormal, mort |  Facebook |

02/04/2006

 Le vol 401

 
En 1972, un appareil tristar, compagnie Eastern Airlines s'est écrasé dans un marécage en Floride faisant 101 morts (photos de l'article).

Plus tard sur cette même compagnie, des pilotes et personnels de bord ont témoigné avoir aperçu Bob Loft (commandant du vol 401) et Don Repo (chef mecanicen de ce même vol)
Plus de 20 témoignages ont été recueillis.

Après enquête, la compagnie à découvert un détail effrayant, chaque appareil concerné par les témoignages, avait reçu une pièce recyclée du vol 401.
Quelques témoignages concernent des personnes qui avaient travaillées avec Loft et Repo. Ils avaient reconnu leurs collègues et leurs uniformes.

L'enquête fut menée par John G Fuller et des membres désignés de la compagnie.
Même les journaux de bord mentionnent les apparitions.

Certains personnes perdirent leur emploi après avoir témoigné devant le psychiatre de la compagnie.

Cette affaire n'est pas très connue. Mais les scénaristes se sont emparés de l'histoire tragique du vol 401 pour en faire un film.
 

05/12/2005

La malediction d'Oetzi fait une 6e victime

Le décès d'une 6e personne liée à la découverte dans les Alpes du corps congelé d'un homme surnommé "Oetzi" a renforcé la légende d'une prétendue "malédiction". L'archéologue a été retrouvé mort alors qu'il écrivait un livre sur la momie de 5300 ans. Publicité

Tom Loy, 63 ans, spécialiste en chimie moléculaire, a été découvert il y a deux semaines à son domicile de Brisbane, en Australie. Il mettait la dernière main à un livre consacré à justement à Oetzi, a rapporté vendredi le quotidien The Australian.

L'achéologue souffrait d'une infection du sang depuis une douzaine d'années, ont indiqué des membres de sa famille au journal. Sa maladie avait été diagnostiquée peu après que son chemin croise celui de la momie congelée.

Oetzi avait été découvert en 1991 dans un glacier en altitude du Tyrol italien, près de la frontière autrichienne. Les articles et photos de ce guerrier de l'âge de pierre remarquablement conservé avaient suscité un immense intérêt dans le monde entier.

Cette "malédiction" aurait prétendument tué cinq autres personnes liées à Oetzi, soit le touriste allemand qui a découvert la momie, mort il y a un an lors d'une randonnée, l'archéologue qui a le premier examiné la momie, mort à 55 ans d'une sclérose en plaque, le chef de la mission scientifique consacrée à Oetzi, mort à 64 ans dans un accident de voiture, un guide de montagne qui a emmené un journaliste auprès de la momie, mort à 52 ans dans une avalanche, et le journaliste, mort à 47 ans d'une tumeur au cerveau.

20:57 Écrit par nathi dans énigmes, mystères | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : enigme, mystere, momie, oetzi, mort |  Facebook |

18/11/2005

Le sanatorium de Waverly Hills

Aux Etats-Unis, dans l'état du Kentucky, près de la ville de Louisville, se trouve le sanatorium ( hôpital ) de Waverly Hills. Il a été construit en 1910, pour soigner les malades de la tuberculose. Les patients étaient enfermés là-bas sans possibilité de sortir pour cause de quarantaine. Jusqu'en 1961, date de sa fermeture, 63 000 personnes sont mortes dans cet hôpital. Après avoir été victimes de nombreuses expériences, sois- disantes médicales de chirurgie exploratrice (par exemple : les médecins pratiquaient des thoracoplasties, en gros ils sciaient des côtes pour que les poumons se dilatent. Seul 5% des patients survivaient à ce traitement sanglant), les morts étaient emmenés de nuit (pour pas que les autres patients se doutent de quelque chose), dans ce que les gens du coin ont appelés "le tunnel de la mort". C'était une longue galerie qui courait sur plus de 150 m sous l'hôpital, menant vers une voie ferrée où les corps des décédés étaient emportés.
Après sa fermeture en 1961, toutes sortes de faits mystérieux ont été racontés par ceux qui avaient été visiter le sanatorium : apparition d'ombres dans les couloirs, de lumière volante, de chuchotements...
Il y a quelques mois, les deux frères Booth et leur ami Shame Dax Taylor sont partis tourner un film basé sur les faits réels : Death Tunnel. Pendant le tournage de leur film, eux et leur équipe ont été témoins d'évènements inexpliqués. Christopher Saint Booth a par exemple prit une photo du tunnel de la mort et au moment du développement de la pellicule, une petite fille est apparu sur la photo.
Les autres ont aussi vu des ombres mouvantes dans des couloirs seulement éclairés par la lumière de la Lune et l'un des réalisateurs a été suivi par une boule de lumière

12:48 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (53) | Tags : paranormal, mort, hopital |  Facebook |

04/11/2005

L'Italie se passionne pour la médium du lac de Côme

    " La police italienne a retrouvé le corps d'une femme disparue il y a trois ans avec l'aide d'une médium qui affirme être entrée en contact avec la morte.
   
    Maria Rosa Busi assure avoir vu les derniers instants de la vie de Chiara Bariffi, dont le corps a été repêché au fond du lac de Côme sur ses indications. "Je suis allé sur les rives du lac et j'ai vu ce qui s'était passé, je l'ai entendue, je l'ai vue et j'ai dessiné une carte", a-t-elle affirmé à Reuters.
   
    Chiara Bariffi, qui était âgée d'une trentaine d'années, a disparu fin 2002. Meurtre, suicide, disparition volontaire - des témoignages la situaient en Espagne -, l'enquête ne progressait pas.
   
    Cette année, les parents de la jeune femme entrent en contact avec Maria Rosa Busi, qui dit détenir des pouvoirs extralucides. Ils lui envoient une photographie de leur fille. "Lorsque j'ai vu la photo, j'ai su qu'elle était morte", poursuit Busi.
   
    Sans révéler ce qui est véritablement arrivé à la jeune femme - un secret qu'elle n'a livré qu'à sa mère -, la médium lâche simplement que le mauvais temps a sans doute joué un rôle dans sa mort.
   
    L'affaire fait grand bruit en Italie, où une controverse se développe depuis que la voyante a affirmé que la police avait refusé de la croire, la forçant à chercher ailleurs l'aide nécessaire pour repêcher le cadavre.
   
    Les sceptiques estiment eux que les talents de Busi n'ont rien à voir avec le paranormal, mais qu'elle a simplement eu de la chance et fait preuve de bon sens.
   
    "Le fait que Chiara ait fini dans le lac de Côme, et pas à Venise ou n'importe où ailleurs, était un fait connu: c'était même l'hypothèse la plus vraisemblable", assure Massimo Polidoro, qui dirige le Comitato italiano per il controllo delle affermazioni sul paranormale (Comité italien pour le contrôle des affirmations paranormales). D'autres assurent qu'en fait de communication outre-tombe, Busi a surtout procédé à quelques recherches sur internet.
   
    Mais Remo Bonetti, qui a participé aux recherches dans les eaux du lac de Côme, est catégorique: "Je ne peux nier que sans les indications de Maria Rosa, personne n'aurait été en mesure de la localiser, sinon par accident", dit-il dans les colonnes du Messaggero."

12:01 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paranormal, medium, mort |  Facebook |

30/10/2005

La maison d'Amityville

« Une célèbre histoire a créé le plus grand mythe de maison hantée, marquée à jamais par les souffrances des victimes d’un effroyable massacre survenu dans la nuit du 13 novembre 1974 aux Etats-Unis : Amityville.
Située au 112, Ocean Avenue, au Nord-Est de New York dans la petite ville d’Amityville, une maison de style colonial qui existe encore fut le théâtre d’un crime commis par un jeune homme de 24 ans, Ronaldo DeFeo. En pleine nuit, il assassine ses parents et ses quatre frères et sœurs. Jugé en automne 1975, ce criminel avoue avoir été guidé dans sa monstrueuse besogne par des voix surnaturelles entendues dans la maison. Cependant, jugé mentalement sain par des experts en psychiatrie, il répondra de ses six crimes par un emprisonnement à perpétuité.
Pourtant, à la demande de l’avocat de la défense, William Weber, une enquête aura lieu dans la maison afin d’y trouver une quelconque puissance capable d’avoir influencé Ronaldo DeFeo pour accomplir son massacre. Il soupçonnait l’existence de champs électromagnétiques dus à des vices de forme ou à des forces telluriques avoisinantes susceptibles de saturer l’environnement en ondes nuisibles à l’équilibre des cellules et à la santé mentale de son client. Mais il ne faisait nullement allusion à des forces surnaturelles !
L’affaire est classée par des scientifiques qui refusent d’y voir autre chose qu’une folie meurtrière. Pourtant, elle ne sera pas classée par les médias qui exploitent ce fait divers pour sensibiliser le public à cette maison très vite baptisée "la Maison du Diable". Cette demeure devient alors un site touristique visité par des photographes et des amateurs de mystère.
" Quartier résidentiel d’Amityville. Villa style colonial hollandais, 6 chambres à coucher, 1 grand salon, 1 grande salle à manger, une véranda fermée, 3 ½ salles de bains, sous-sol fini, garage 2 voitures, piscine chauffée, et grand hangar à bateaux. Prix demandé : 80.000 dollars ". La maison mise en vente ne trouve pas d’acheteur. Le mythe de la maison hantée est désormais engagé. Qui osera en effet habiter une maison dans laquelle le sang a coulé ?


Le 18 décembre 1975, la famille Lutz acquiert la maison ainsi qu’une partie du mobilier des DeFeo. Le père, George Lutz, 28 ans, ex-marine, homme d’affaire propriétaire d’une société d’arpentage n’a pas reculé devant la malédiction qui pèse sur cette maison. Il a cependant demandé à un ami prêtre, le Père Mancuso, de bénir sa nouvelle propriété comme le souhaitent généralement les fidèles croyants.
Au moment de pénétrer dans la demeure, le Père Mancuso est soudain pris de malaises et perçoit une voix qui l’ordonne de partir. Il pense qu’il est victime d’une hallucination. Néanmoins, il asperge d’eau bénite les différentes pièces de la maison.
Mais, les incidents liés d’une façon ou d’une autre à cette mystérieuse demeure vont se succéder. Le Père Mancuso échappe de justesse à un accident. Un autre prêtre est attaqué dans sa voiture par une force indéfinissable. Des bruits de pas et de coups dans les murs, des odeurs écœurantes, le froid, des déplacements d’objets, des suintements dans les murs et autres phénomènes surnaturels envahissent peu à peu le quotidien des Lutz et de leurs amis.
Refusant de céder à la panique, les Lutz se raisonnent et conservent leur sang-froid. Mais la vie dans cette maison devient vite impossible. Ils ne dorment plus les nuits et sont sans cesse sur leurs gardes, à l’affût d’une agression sous quelque forme que se soit.
Une amie des Lutz, Francine, douée d’un pouvoir de clairvoyance, détecte la présence d’esprits de personnes âgées ayant habité cette maison. Elle découvre également que la maison est bâtie sur un ancien cimetière...


Tous ces éléments vont faire à nouveau la joie des médias car les Lutz, épuisés dans leur lutte contre des forces inconnues et invisibles capitulent et abandonnent leur maison au profit d’un comité de parapsychologues qui va transformer l’endroit en laboratoire d’expérimentation paranormal. Mais pris de malaises les uns après les autres, les membres de ce comité (médiums, clairvoyants, parapsychologues,...) fuient la maison en laissant leur tâche inachevée. Un scénariste, Jay Anson, va s’emparer de la légende d’Amityville pour en faire un best-seller. Etrangement, le manuscrit de ce livre va causer la mort de quatre personnes ayant eu un jour la charge de ce précieux document. La presse fait écho de ces coïncidences.
Le phénomène prend de l’ampleur. Le cinéma décide d’adapter la saga d’Amityville à travers une série de films à suite : Amityville I, II, III et IV. " Inspirés au départ de faits réels qui se déroulèrent au 112, Ocean Avenue, ces remake amplifieront et déformeront les phénomènes observés jusqu’à faire de cette affaire un mythe, un phantasme universel où les scénaristes se défouleront et libéreront leur imaginaire ". La diffusion de ces films d’épouvante a jeté le doute dans la tête des spectateurs impressionnables qui sont désormais atteints par le "syndrome des maisons hantées".


Steve Bauman, reporter, décide de mener une enquête sérieuse sur cette maison afin de distinguer le vrai du faux. Les médias ont en effet fini par jeter la confusion dans des esprits influençables et ce journaliste veut tirer les choses au clair. De son investigation, il découvre que différents occupants du lieu sur lequel est implantée la maison ont tous eu des relations avec le démon. Au XVIIème siècle, des indiens avaient établi une prison à fous sur le site de l’actuel 112, Ocean Avenue, et laissaient les cadavres de leurs morts pourrirent à cet endroit.

Puis, après avoir été chassés par les Blancs au XVIIIème siècle, les indiens laissent la place à un sorcier chassé de Salem qui pratique à l’emplacement exact de la maison des rites de magie noire et des séances de communication avec les démons.


La maison d’Amityville fut bâtie en 1928 par un certain Hanaghan puis habitée par des familles successives jusqu’en 1965, date d’acquisition par les DeFeo. Le mystère de la demeure n’a toujours pas été élucidé. Mais son histoire a fait couler de l’encre, du sang et des larmes. Elle a abusé de la crédulité de milliers de personnes superstitieuses et accrut l’anxiété de nombreux propriétaires de maisons anciennes. Dans la revue Science et Magie n°12, Roland Bonnet, journaliste, amateur de fantômes et de maisons hantées, déclare dans son article sur la légende d’Amityville : " Personnellement, toute l’affaire d’Amityville me semble un gigantesque canular monté d’une façon magistrale par des mystificateurs géniaux qui surent habilement utiliser un fait divers impressionnant : l’assassinat de la famille DeFeo ". Si Roland Bonnet a raison, on est en droit de dire que la maison hantée est un filon en or pour éveiller les passions. Les maisons hantées ont leur effet. C’est pourquoi elles existent même sans revenant ! »

 


20:37 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : amityville, mort, paranormal |  Facebook |

24/10/2005

La combustion spontanée

Le premier cas recensé de combustion humaine spontanée eut lieu en Italie dans les environs de Verone ; au soir du 4 avril 1731 la comtesse Cornelia Bandi 62 ans dîne tranquillement en compagnie du chanoine Bianchini puis part se coucher. Le lendemain matin les domestiques qui pénètrent dans sa chambre sont saisis de stupeur : "le plancher de la chambre précise la gazette locale, était parsemé de grosses taches d'apparence humide et gluante tandis qu'un liquide gras, jaunâtre, écoeurant, coulait le long de la fenêtre emplissant la pièce d'une odeur répugnante". La camériste remarque qu'une fine couche de suie recouvre le meubles, quant à la comtesse Band elle gisait près de son lit où plutôt ce qui restait d'elle : un petit tas de cendre, ses deux jambes et un morceau de sa boîte crânienne, réduit par la force de la combustion. Les autorités et le médecin légiste sont perplexes, le magistrat se contentera de noter dans son rapport "un feu mystérieux semble s'être allumé spontanément dans la poitrine de la comtesse" et l'on se résoudra à classer le dossier pour toujours.