01/11/2007

Ovni dans les Ardennes le 10 août 1998



Cliquez sur l'image pour activer le lien.

28/10/2007

Une séance de spiritisme?



Document vidéo consacré au spiritisme. Durée : +- 50 min.
Cliquez sur l'image pour activer le lien.

24/10/2007

Lieux réputés hantés

Site intéressant sur différents lieux tels que la forêt de Broceliande, le château de Trecesson, et bien d'autres.

Voici le lien:

http://www.audela-du-paranormal.fr/ARTICLES/BROCELIANDE/b...

03/04/2007

Le double mystérieux d'une enseignante française

Connu aussi sous son nom germanique de Doppelgänger, le "double" est un phénomène parapsychique particulièrement inquiétant, d'autant qu'une vieille tradition européenne veut qu'apercevoir son propre "reflet" signifie une mort imminente...

Les récits de personnes affirmant avoir rencontré leur double sont généralement traités comme des cas d'hallucination : hallucination qui peut être dangereuse et entraîner des troubles assez graves chez le sujet pour le conduire au suicide. Mais l'inverse se produit aussi : une personne peut n'avoir aucune conscience du double présent à ses côtés, et ce sont les témoignages de l'entourage qui lui font décourir cette présence. Tel est le cas de l'enseignante française Emilie Sagée au milieu du XIX° siècle.

Enigme en Lettonie

En 1845, le directeur d'un institut pour jeunes filles nobles, le pensionnat von Neuwelcke, situé dans l'actuelle Lettonie à environ 60 km de Riga, engage comme professeur de français une jeune femme du nom d'Emilie Sagée, qui dit être née 32 ans plus tôt à Dijon. Le nouvelle préceptrice, d'un tempérament très gai, fait preuve d'un intelligence et d'un sens de l'éducation qui attirent bientôt favorablement l'attention du directeur, Herr Bush. Mais, quelques semaines après son arrivée, des rumeurs commencent à circuler parmi les 42 élèves de l'établissement.
D'étranges phénomènes se produisent en effet : à plusieurs reprises, alors qu'une élève dit avoir vu la préceptrice à un bout du bâtiment, une autre affirme l'avoir croisée au même moment à l'autre extrémité du pensionnat. Au début , les professeurs ne prêtent guère oreille à ces bruits absurdes. Puis l'affaire se complique. Un jour, alors qu'Emilie Sagée est au tableau noir, en train de donner un cours de grammaire à 13 jeunes filles (parmi lesquelles une certaine Julie von Güldenstubbe à qui on doit plus tard le récit du cas), une silhouette apparaît à ses côtés, imitant ses mouvements à la perfection. Le seul détail qui diffère est l'absence de craie dans la main. Le double continue à se manifester au cours des semaines qui suivent (il est également vu par des domestiques) et il adopte progressivement un comportement de plus en plus indépendant. Ainsi, un jour, les 42 élèves sont occupés à des travaux de broderie dans une pièce du rez-de-chausée, sous la suiveillance d'une maîtresse. Par la fenêtre les enfants peuvent apercevoir Emilie Sagée dans le jardin. A un moment donné, leur surveillante s'absente... pour être remplacée par le double, immobile et silencieux. Dehors Emilie Sagée semble subitement avoir des difficultés à se mouvoir. Dans la classe, certaines jeunes filles osent s'approcher et constatent que le double de la préceptrice n'offre qu'une légère résistance aux mains, qui le traversent. Il finit par disparaître.
Tous ces évènements émeuvent, bien sûr, au plus haut point les jeunes pensionnaires et provoquent de nombreux départs. Au bout de dix-huit mois, les parents ayant retiré 30 élèves sur 42 élèves, le directeur prend la décision de se séparer d'Emilie. Celle-ci soupire, avant de partir, que c'est la dix-neuvième fois qu'elle est obligée d'abandonner un post, toujours pour la même raison depuis qu'elle a commencé à donner des cours à l'âge de 16 ans...
Julie von Güldenstubbe reste en contact avec son ancien professeur jusque dans les années 1850. Après quoi, on perd définitivement la trace de celle-ci en Russie, où elle a émigré comme préceptrice au service d'une famille.

De Dijon aux plaines russes...

Trois auteurs étudient et relatent l'histoire d'Emilie Sagée en se fondant sur le témoignage de la baronne Julie von Güldenstubbe, personnage à l'existence indéniable, qu'ils connaissent personnellement et dont garantissent l'intégrité. Ce sont l'écrivain et homme politique américain Roberts Dale Owen, l'astronome français Camille Flammarion et le parapsychologue russe Alexander Akasov. Flammarion essaie, en vain, de retrouver la trace d'une Emilie Sagée qui serait née en 1813 à Dijon. Il découvre, en revanche, une enfant illégitime d'un nom d'Octavie Saget, née le 13 janvier 1813. Emilie et Octavie sont probablement une seule et même personne, la jeune femme ayant choisi de changer de nom pour masquer son illégitimité, chose courante à l'époque. Quant au pensionnat, des recherches modernes n'ont pas permises d'en retrouver la trace, ce qui ne veut rien dire si on tient compte de l'histoire tumulteuse de la Lettonie jusqu'à nos jours.
Le témoignage de Julie von Güldenstubbe laisse supposer une relation "vampirique" entre Emilie Sagée et son double : à chacune des apparitions de celui-ci, en effet, la jeune femme semble être prise d'une fatigue plus ou moins intense, comme si le double la privait de son énergie.
Emilie est, en fait, incapable de voir son double et ne déduit sa présence que du comportement alarmé des gens qui l'entourent et de la faiblesse qui l'envahit. Si cette histoire est vraie, on ne peut qu'avoir pitié d'une femme affligée d'une pareille malédiction...

09:31 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : paranormal, mystere |  Facebook |

31/03/2007

LE CAS DE PORTAGE COUNTY DANS LA PRESSE QUOTIDIENNE

portage66news01

LES POLICIERS POURCHASSENT ET PERDENT UN OVNI LUMINEUX

Par Douglas Bloomfield
Portage County Bureau

RAVENNE - des centaines de personnes dans deux états ont rapporté avoir vu un objet "brillant et lumineux" au-dessus de l'Est de l'Ohio hier en début de journée. Deux policiers du comté de Portage l'ont poursuivi sur 86 miles.

L'adjoint du shérif du comté de Portage Dale Spaur et son partenaire le shérif adjoint W.H. Neff ont indiqué qu'ils ont joué à cache-cache avec l'objet mystérieux de 5 heures du matin près de Ravenne à 06:30 du matin à la périphéries de Pittsburgh.

Le Chef de la Police Gerald Buchert de Mantua à vu l'objet et l'a photographié devant sa maison. Il a montré un tirage de sa photographie au Plain Dealer mais a dit que l'Armée de l'Air lui a dit de ne pas la donner et de ne permettre que l'on en fasse des copies.

Buchert l'a décrit comme "ronde quand je l'ai regardé directement vers le haut, mais quand elle s'est déplacée vers la gauche - je me sens comme un idiot en disant ceci - elle ressemblait a une soucoupe, comme deux soucoupes accolées."

La photographie montrait un objet avec un fond très foncé et une partie supérieure très claire. Chaque moitié ressemblait à une soucoupe vue du côté. La "soucoupe" supérieure plus claire était à l'envers.

Spaur a décrit l'objet comme ayant environ 40 pieds de large et 18 pieds de haut. Il a dit qu'il l'a chronométré en train d'accélère à 103 miles par heure pendant qu'ils le pourchassaient de Randolph Township jusqu'à Conway, Pennsylvanie.

Un faisceau de lumière brillant provenant de l'objet a illuminé le secteur. Spaur déclare "il était tellement lumineux, même quand le soleil s'est levé, il était clairement visible. Ses lignes étaient très distinctes," a-t-il dit tout en utilisant la coupole d'une lampe-torche pour décrire l'objet.

"Nous étions près, plus rapprochée que je ne veux plus jamais l'être," a-t-il déclaré au Plain Dealer. "Je ne connais personne qui va me croire mais c'est vrai." Spaur dit que tous ses anciens doutes au sujet des OVNIS se sont envolés.

"Quelqu'un en avait le contrôle. Il n'était pas simplement un objet flottant au hasard. Il pouvait manoeuvrer. Le seul bruit était un ronflement régulier et faible comme un transformateur électrique quand nous l'avons repéré la première fois," a-t-il dit. Le bruit était inaudible quand les policiers ont pourchassé l'objet, a-t-il ajouté.

Spaur a indiqué que à Conway, en Pennsylvanie, l'objet a commencé à planer et "prenait de l'altitude, allant droit vers le haut." Après une observation pendant environ 20 minutes, lui et les autres sont allés à l'intérieur du commissariat de police téléphoner à des fonctionnaires de l'Armée de l'Air des États-Unis, dit-il, et quand ils sont retournés dehors l'objet était parti.

Les Centres de Contrôle du Trafic Aérien de l'Agence Fédérale de l'Aviation à Oberlin et à Pittsburgh ont indiqué qu'ils n'ont repéré aucun objet inconnu sur leur radar tôt hier.

 

Cet article est paru dans le journal The Cleveland Plain Dealer le Lundi 18 Avril 1966, page 14.

10:05 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ovni, paranormal, portage county, police |  Facebook |

28/03/2007

Moteur de recherche pour trouver ovnis, extraterrestres et fantômes sur le web

ufocrawler

Le géant de l'informatique IBM, à Armonk, USA, en commun avec Yahoo!, crée un moteur de recherche de pages web dédié à la recherche d'OVNIS et d'extraterrestres sur l'Internet. Le moteur recherche aussi les pages traitant du paranormal et des fantômes.

www.ufocrawler.com

07:18 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : extraterrestre, paranormal, ovnis |  Facebook |

26/03/2007

Les lumières de Phoenix

 



 

Lumières au-dessus de Phoenix:

Le 13 mars 1997 les habitants de l'Arizona ont été témoins de nombreux phénomènes aériens qui restent inexpliqués. Célèbres sous la désignation des "Lumières de Phoenix", ces phénomènes continuent à susciter l'attention des médias internationaux, et ce genre de phénomènes continue à se produire.

Ce qui s'est passé en Arizona le 13 mars 1997 pour toute une tranche de la population de la société américaine est sans équivalent dans l'histoire du phénomène OVNI de cette décennie. Il n'y a littéralement rien de comparable en ampleur à ces événements, si l'on excepte les grandes vagues d'OVNIS telle la vague Belge de 1990.

Image d'une video amateur

LES EVENEMENTS:

Il fut tout d'abord observé une formation en hexagone à 19:30 au-dessus des Superstition Mountains à l'Est de Phoenix. La formation caractéristique en 8+1 fut ensuite vue sous forme de deux arcs avec des traînées lumineuses au-dessus de la rivière Gila à 19:50 puis à 22:00 à la limite Sud de la ville de Phoenix. Le phénomène a été vu par des centaines de témoins, une poignée d'entre eux disposant de caméra vidéos ayant la chance de filmer le phénomène pendant plusieurs minutes.

Ces vidéos amateurs ont immortalisé la formation, qui est maintenant mondialement connue.

Les lumières planant en formation dans la nuit ont encore été vues cette fois en formation en "V" au-dessus de la Rainbow Valley à 02:00 du matin le 14 mars 1997, et le phénomène se reproduisit enfin le 14 Janvier 1998.

UNE FORMATION EN V EN VOL:

D'abord repérée quittant la région de Henderson - Las Vegas puis entrant en Arizona à haute vitesse, une formation en V de sept orbes, tantôt vues de couleur blanc-bleu, tantôt de couleur blanc-jaune, traversa la vallée de Prescott Valley à basse altitude à 7:50 le soir, vira vers le Sud, ou elle fut filmée à l'extrémité Nord de la vallée de Phoenix. Volant alors à vitesse réduite, les orbes apparaissaient alors de couleur ambrée, elle furent vues le long de la route inter-états 10 se dirigeant vers Tucson. Elles furent vues également par les avions en approche d'atterrissage sur l'aéroport international de Sky Harbor mais ne furent pas détectées par ses radars.

Après avoir flotté en l'air pendant plusieurs minutes au-dessus d'une voiture emplie de témoins en route vers le Nord sur la route 10, à 65 miles par heure, la formation fut ensuite suivie par d'autres témoins dans la région de Oracle, qui décrivirent une couleur rouge orangée, puis elle se divisa en plusieurs directions, chaque orbe semblant contourner la ville de Tucson.

En de nombreux points, indépendamment de cette formation spécifique, des témoignages rapportent des orbes traversant individuellement la vallée de Phoenix, certaines se détachant puis se rattachant à la formation principale qui fut vue ensuite dans la nuit au-dessus de Phoenix.

LA FORMATION PLANE AU-DESSUS DE PHOENIX:

Observée tout d'abord comme une formation en V de cinq lumières se déplaçant silencieusement en direction de la vallée de Prescott depuis le Nord-Ouest vers 8h15, la formation en chevron fut ensuite clairement vue comme composant un unique objet.

L'immense vaisseau pivota au-dessus d'une maison auprès de nombreux témoins, la couleur des lumières passant au rouge et l'ensemble soudainement partit à grande vitesse en direction de Phoenix. Pendant ce temps, le groupe de témoins suivant au centre de Phoenix vit l'objet s'approcher directement vers eux, à une vitesse qu'ils estimèrent à Mach 2 ou 3, puis la formation ralentie à nouveau prit une forme de V plus prononcée. Elle passa à une vitesse de 10 à 15 miles par heure à une altitude de 50 à 150 pieds au-dessus de leur têtes.

L'engin fut ensuite repéré le long de la route 10, zigzaguant dans la vallée en changeant d'altitude à plusieurs reprises et planant pendant 5 minutes au-dessus de l'aéroport de Sky Harbor, puis continua vers le Sud toujours en suivant la route 10.

Après plusieurs kilomètres le long de la route 10 jusqu'à Picacho Peak, l'énorme vaisseau estimé avoir une largeur de 900 pieds sur l'avant et au moins un Mile sur sa partie arrière planait pendant un bon quart d'heure, suite à quoi sa trace fut perdue. Il se peut qu'il ait été rejoint à cet endroit par un triangle géant qui fut repéré à sa suite sur la route 10 un quart d'heure plus tard.

Le même "chevron volant" ou un objet similaire fut encore vu plus tard vers 10h50 du soir cette même nuit, traversant Phoenix d'Est en Ouest.

CINQ GROUPES DE TROIS LUMIERES:

Cette formation en V, constituée de cinq groupes de trois lumières, a été positivement identifiée par plusieurs résidents de Prescott comme un seul engin gigantesque, équivalent en taille à une formation de cinq Boeing 747 volant à l'unisson en direction de Phoenix.

Ce très grand objet volant a encore été vu plus tard, mais avec moins d'acuité par un pilote de la compagnie America West qui appela l'aéroport de Sky Harbor pour savoir ce que sont "ces neufs lumières", et un astronome amateur à Phoenix qui pensa qu'il s'agit d'une formation d'avions conventionnels.

UN TRIANGLE VOLANT:

Observé avec précision par une famille à Mesa entre 20:45 et 20:55, cet engin 'énorme' avait une structure bien définie, on distinguait des panneaux arrangés autour des lumières à ses trois angles, et une lumière centrale plus grande.

De nombreux témoins ont confirmé que l'engin volait en direction du Sud-Est depuis l'Est de la vallée, certains témoins ont pu voir que des sphères se séparaient puis rejoignaient le très grand engin en divers points. A un moment il fut même observé que l'engin lui-même se scinda en deux, c'est là le témoignage de la dernière personne qui vit l'engin se diriger vers Tucson vers 21:00.

LE PLUS GRAND DES OBJETS OBSERVES:

Selon tous les témoignages du 13 mars, un engin absolument gigantesque fut d'abord observé de près au-dessus du Nord de Phoenix entre 20:30 et 20:45, plusieurs témoins clé, des promoteurs qui étudiaient la division de leurs terrains, estiment que sa taille atteignait voir dépassait les trois kilomètres d'envergure. Sa trajectoire l'amena près du sol, ou il fut clairement observé qu'il portait des douzaines de phares le long de son bord, mais également des rangées de hublots à travers des silhouettes de 'gens' purent être vues.

A un certain endroit plus au Sud, d'autres témoins rapportent qu'ils ne virent pas le contour de l'engin mais seulement les hublots avec les silhouettes, comme si tous les phares étaient éteints à ce moment.

Au moment ou le même engin est encore vu au-dessus de la route inter-états I-10, au Sud de Casa Grande, trois larges lumières étaient de nouveau allumées, une à chaque coin, ainsi que des lumières plus petite en grand nombre sur le bord d'attaque de l'engin. Les témoins ici ont signalé que cela leur a pris une à deux minutes pour parcourir la distance sous cet immense vaisseau tandis qu'ils conduisaient à 80 Miles par heure. Ils ont estimé la largeur de ce Very Large Object d'être d'au moins deux, probablement trois miles de large et assez grand pour qu'un avion géant de transport de troupe C5-A Galaxie 'Condor', le plus grand avion conventionnel connu, puisse atterrir sur lui.

L'engin avait une structure bien définie et la famille des témoins a décrit sa couleur bleue-noire unie, "comme la couleur d'un baril de fusil de chasse". L'engin ou un engin semblable a lui a été vu plus tard au Nord de Phoenix vers environ 21:30 lors d'une tentative d'interception par des jets militaires, se déplaçant toujours à travers la vallée d'Ouest en Est à environ 22:45.

UN OBJET DISCOIDE GEANT:

Vu tout d'abord par un pilote de ligne aérienne à la retraite, ses fils et un ami qui descendaient la route de Scottsdale vers 22:20, cet engin circulaire énorme, comportant des phares ambrés autour de son corps (d'un diamètre estimé à un mile), il a été vu en train de faire méticuleusement un virage vers Sky Harbor aux environs de la route de Camelback où il a également croisé dans le couloir de trafic aérien avant de disparaître au-dessus de South Mountain.

Un témoin du centre de Phoenix, également un pilote en traite qui fut plus tard us officier de police, a corroboré, a décrit la façon dont l'ovni reflétait les lumières de la ville sur sa partie inférieure, et ajouta que l'engin avait "des proportions spectaculaires, de l'ordre d'un ou deux kilomètres."

Ce témoin a également enregistré ce qu'il a vu en vidéo depuis le toit de son appartement, mais ses bandes ont mystérieusement disparue dans ce qui peut s'apparenter a un épisode du film "Men in Black".

Cet engin a pu avoir été attaché à l'engin en V et avoir été caché également dans quelque mode "invisible" lors de son passage entre 20:20 et 20:30. Les deux engins, ou deux engins semblables, réapparurent en juin 1998 et ont été photographiés ensemble à altitude élevée au-dessus de Phoenix par les mêmes témoins avec un appareil photo de 35 millimètres tout en les observant avec des jumelles.

Un ensemble séparé de témoins indépendants a également rapporté l'observation d'un engin discoïde énorme "plus grand que le stade Sun Devil à ASU", planant à hauteur de cimes d'arbres à la droite de l'extrémité occidentale des pistes de Sky Harbor entre 2:00 et 3:00 du matin environ deux semaines avant le 13 mars.

 

Source:www.ufologie.net

19:26 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lumiere, phoenix, paranormal, ovni |  Facebook |

25/03/2007

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

OVNI-VENUS, FRANCE, 2007:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Journal de Saône-et-Loire, France, le 22 février 2007.

SAINT-LEGER-LES-PARAY

Le phénomène lumineux observé par l'ancien maire

"On dirait six points lumineux qui se déplacent ensemble, dessinant des arabesques, tantôt compactes, tantôt étendues."

Suite à l'article paru dans notre édition de lundi sur les lumières mystérieuses dans le ciel, un habitant de Saint-Léger-les-Paray nous a transmis des clichés étranges. Trois soirs de suite, entre 20 et 22 h, en direction du sud-ouest, Jojo Melot, ex-maire de la commune, a pu admirer cet étrange phénomène de la fenêtre de sa chambre. Eternel curieux, il n'a pas manqué de les prendre en photo.

"Je regarde toujours les étoiles. Samedi soir, j'ai été attiré par une étoile scintillante, plus grosse que les autres, et qui n'est pas là d'habitude. La première fois, je ne l'ai pas vu longtemps car je l'ai remarqué assez tard et elle descendait lentement avec la rotation de la terre pour disparaître derrière l'horizon. Le lendemain, m'y prenant plus tôt, j'ai pu l'apercevoir assez longtemps. J'ai fait une série de photos avec mon appareil numérique, utilisant le zoom. Chaque cliché, pourtant pris rapidement l'un après l'autre, montre une forme différente. On dirait six points lumineux qui se déplacent ensemble, dessinant des arabesques, tantôt compactes, tantôt étendues. Un peu comme une volée d'étourneaux, comme dit le témoin dans le journal de lundi. La forme lumineuse fut présente trois soir de suite mais chaque jour elle se déplaçait un peu plus sur la gauche. Et mardi soir je n'ai plus rien vu. Depuis, elle a disparu ou alors il y avait trop de nuages. Je ne sais pas ce que ça peut être, mais c'est vraiment étrange."

    S. Bonnardot

Explication:

Le 17 février 2007 à 20:00, ("samedi soir"), Vénus se trouvait à l'azimut de 261° 28' et l'élévation de 4° 24', avec une brillance particulièrement forte dans les jours concernés puisque 89 % de sa surface était éclairée par le soleil. En fait, Vénus était tellement remarquablement brillante et bien visibles dans ces jours là que j'avais moi-même en soirée pris le temps de contempler le spectacle, en me disantque cette brillance allait bien générer quelques rapports d'observations d'OVNIS...

Et bien entendu, comme le décrit l'ancien maire, elle est lentement descendue avec la rotation de la Terre pour disparaître derrière l'horizon, vers 20:20.

Toujours comme le signale l'ancien maire, le lendemain, en s'y prenant plus tôt, il a pu observer Vénus plus longtemps, et en prendre des photographies.

Et au quatrième jour, l'ancien maire donne bien l'explication de la "disparition" du supposé OVNI: "Depuis, elle a disparu ou alors il y avait trop de nuages."

Ces photographies qu'il a prise au zoom sur appareil photo numérique semblent montrer autre chose que Vénus; mais ce n'est pas le cas: le "bougé", très important lorsque l'on utilise le zoom, fait simplement cet effet là, ce qui est vérifiable par tout un chacun. Ce n'est pas du tout "l'OVNI" qui bouge, mais l'appareil photo.

Le journal parle d'un "témoin dans le journal de lundi" parlant de quelque chose "comme une volée d'étourneaux"; mais outre que les photos qui montrent en fait Vénus ne ressemble évidemment absolument pas à des photographies de "volée d'étourneaux", ce n'est pas le même témoin ni la même observation, comme cela sera précisé dans le journal du lendemain.


15:17 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paranormal, mystere, lumiere, presse |  Facebook |

Les débris d'un appareil extraterrestre récupérés sur le site de Tunguska

tungusk2

 

Les membres de l'expédition organisée par la fondation publique d'état de la Sibérie "Phénomène Spatial de Tunguska", au cours du mois de juillet 2004, affirment avoir découvert les débris d'un appareil extraterrestre qui pourrait être à l'origine de l'explosion phénoménale du 30 juin 1908.

Une roche de 50 kilos a été envoyée à Krasnoyarsk pour analyse.

Le 30 juin 1908, une gigantesque explosion se produisit au dessus de la Tunguska en Sibérie, ravageant 2000 km2 de taïga. Rien ni personne ne permet aujourd’hui encore de pouvoir expliquer ce phénomène.

Pour mémoire, le 30 juin 1908, les habitants de la Sibérie ont observé une gigantesque boule de feu presqu'aussi brillante que le soleil traversant le ciel. Plusieurs minutes plus tard, une explosion aérienne illumina le ciel, l'onde choc brisa les vitres jusqu'à 600 km à la ronde, plus de 60 millions d'arbres furent couchés sur plus de 2000 km2. L'onde choc sismique fut ressentie sur tout le continent eurasien et les variations de pressions atmosphérique furent même enregistrée en Grande-Bretagne.

 

Différentes hypothèses ont été émises pour expliquer cet évènement, de la météorite, à la comète jusqu'au vaisseau extraterrestre...

Pour vous forger une idée, voici divers liens qui fournissent leurs hypothèses:

 

lien : http://fr.wrs.yahoo.com/_ylt=A0geumCGcwZGuvAAPQtjAQx.;_yl...

lien : http://fr.wrs.yahoo.com/_ylt=A0geumCGcwZGuvAAQgtjAQx.;_yl...

15:10 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : paranormal, comete, tunguska, mystere |  Facebook |

24/03/2007

Le CNES va publier l'intégralité des archives du GEIPAN sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés

 
 
ufo20

Trente ans après sa création, le service du Centre National d’Etudes Spatiales (Cnes) chargé des Ovnis a commencé à publier sur l’Internet l’intégralité de ses archives. A terme, ce sont plus de 1.650 affaires s’appuyant sur 3.000 procès verbaux de gendarmerie qui seront mis en libre accès sur le portail du Groupement pour l’Etude et l’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés (Geipan). Selon Jacques Patenet, le responsable du Geipan au CNES, «l’écrasante majorité des [6.000 témoignages qui seront mis en ligne] fait simplement état de phénomènes lumineux se déplaçant dans le ciel » ; ce chercheur préfère donc parler de Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés (PANs) que d’Objet Volant Non Identifié (Ovni). Mais si 42 % des 1650 PANs recensés par le Geipan [...] (22/03/2007)

14:33 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/03/2007

Quelques faits inexpliqués

 
3708807878

Un suicide impossible ?

En 1872, le capitaine George Colvocoresses fut trouvé mort dans une rue très fréquentée de Bridgeport (Connecticut), un pistolet et une sacoche auprès de lui. Les policiers crurent d'abord à un meurtre. Mais, en examinant le corps, ils virent qu'aucune balle n'avait traversé la jaquette ni le gilet du capitaine, et que le trou, brûlé par la poudre, de la chemise indiquait qu'on avait dû insérer l'arme sous le gilet avant de tirer. Policiers et journalistes n'arrivaient pas à expliquer pourquoi un meurtrier aurait pris cette peine.
On supposa alors que le capitaine avait lui-même attenté à ses jours, d'autant qu'il avait souscrit, peu de mois auparavant, une assurance-vie de 193 000 dollars. Mais, quand son testament ne révéla que des legs de quelques milliers de dollars, cette hypothèse fut mise en doute.
D'ailleurs, selon le New York Times, Colvocoresses était un homme d'une haute moralité, au passé sans tache, et il était extrêmement improbable qu'il se fût suicidé.

En outre, la thèse du suicide butait contre d'autres difficultés. Pourquoi le capitaine aurait-il glissé le pistolet sous son gilet avant de presser la détente ? Sans doute pas pour éviter de trouer ses habits!

Mais, même s'il voulait environner sa mort de mystère, comment pouvait-il être sûr, s'étant tiré une balle dans le coeur, d'avoir le temps de retirer la main de son gilet avant de mourir ?

Et, s'il n'en avait pas la certitude et désirait cependant déguiser son suicide en meurtre, pourquoi choisir cette méthode ? Enfin, si tel était bien son but, pourquoi choisir de se donner la mort en début de soirée, au moment où la rue était le plus animée? (The New York Times, 1er juillet 1872.)

Une drôle de balle

En juillet 1891, Carl Gros fut tué d'une balle, près de Maspeth (Long Island). La balle était entrée dans le corps sans laisser de trou dans les vêtements. (Ch. Fort, le Livre des damnés.)

Cause de la mort indéterminée

En Angleterre, le 16 mars 1901, le Cambridge Daily News annonça la mort de Lavinia Farrar, une femme de soixante-douze ans, d'une situation aisée.
On l'avait trouvée gisant dans sa cuisine, tout habillée, le nez cassé et la face contusionnée.

Près d'elle, un couteau ensanglanté et quelques gouttes de sang. Elle avait reçu un coup de poignard dans le coeur.
Le médecin légiste ne put statuer sur la cause du décès. La défunte avait été effectivement poignardée, mais sans que ses vêtements fussent transpercés par la lame ni souillés de sang, à part la chemise qui était légèrement tachée.

Comme la mort avait dû être presque instantanée, elle n'avait pu se poignarder elle-même, puis s'habiller avant de mourir. De plus, le sang se trouvant sur le couteau et sur le sol ne semblait pas être le sien, car la blessure n'avait « presque pas saigné ». (Charles Fort, le Livre des damnés.)

Etrange disparition

Le 28 janvier 1914, à bord du Prinz Heinrich, un navire qui assurait la liaison Marseille-Naples, un passager disparut.
James Regan sembali s'être volatilisé pendant la traversée sans escale.

Mais, le plus étrange est qu'il avait disparu avec ses bagages.

On imagine pas un homme, tomber à la mer, intentionnellement ou non, avec ses valises. On le retrouva jamais et le mystère ne fut jamais élucidé. (Jay Robert Nash : Among the Missing)

Le mystère de la pièce close


Isidore Fink fut tué d'un coup de revolver à 22 h 30, le 9 mars 1929, dans l'arrière-salle de la blanchisserie de la 5e Avenue, au 4 de la 132' Rue Est de New York. La police avait été alertée par une voisine, Mrs. Locklan Smith, qui avait entendu des cris et un bruit de lutte. A leur arrivée, les agents trouvèrent verrouillées les portes de la pièce où gisait Fink, et ils ne parvinrent à entrer qu'en y introduisant un petit garçon par une étroite imposte.

Fink avait reçu deux balles dans la poitrine et une dans la main gauche, laquelle était brûlée de poudre. Pas d'arme dans la pièce, mais il y avait de l'argent dans la poche de Fink et dans la caisse.
On crut d'abord que le meurtrier de Fink, qui verrouillait toujours les portes de sa blanchisserie quand il travaillait la nuit, s'était enfui par la fenêtre en imposte. Mais celle-ci était très petite, et pourquoi l'assassin aurait-il grimpé jusqu'à cette ouverture exiguë, au lieu de sortir par la porte?

Cette question demeura sans réponse. Une seconde théorie était que les coups de revolver avaient été tirés de l'extérieur, par l'imposte, mais les brûlures de poudre sur le corps de la victime montraient qu'on avait tiré à bout portant. Plus de deux ans après, l'inspecteur E. P. Mulrooney, de la police de New York, qualifiait ce crime d' « insoluble mystère ». (Charles Fort, le Livre des damnés; The New York Times, 10 mars 1929.)

Le meurtre d'Armand Robin

Dans les années 1950, un jeune Breton, Armand Robin, vint à Paris. Il avait un don exceptionnel pour les langues car il en apprit 26. Il composa également de merveilleux poèmes édités aux Editions Gallimard.
D'ailleurs, curieusement les manuscrits ont tous disparus.

Ce jeune homme manifestait également des capacités hors du commun : télépathie, clairvoyance, prédictions...

En 1961, en plein Paris, des policiers se précipitèrent sur lui et le frappèrent à mort. Pourquoi ? Ils furent incapables d'expliquer leur geste.
Armand Robin fut transporté dans un commissariat mais nul ne sembla réaliser qu'il était en train d'agoniser.

Une enquête fut menée mais ne donna aucune réponse. Qui était Armand Robin ? Pourquoi avait-il été tué ? (Jacques Bergier : Visa pour une autre Terre)

Etrange serial killer

A partir de janvier 1997, l'Afrique du Sud a été marquée par une série de meurtres atroces. 9 personnes au moins ont été tuées.
Les victimes avaient été vidées de leur sang et leur cerveau avait été retiré.

Le plus étrange réside dans les témoignages. D'après les témoins, la « créature » ressemblait à la fois à un poisson et à un cheval !

7 meurtres ont ainsi été commis dans la région de mont Ayliff et de la rivière Mzintlava. La 9e victime «était une écolière. (Johannesbourg Star, 30 avril 1997)

21:29 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : paranormal, mysteres, enigmes |  Facebook |

Chouette video,cliquez sur l'image

 

20:50 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : video, paranormal, enigmes, mysteres |  Facebook |

12/02/2007

Les lignes de Nazca (Perou)

3734037337

Ces lignes énigmatiques et mystérieuses furent découvertes par hasard en 1939 par l'américain Paul Kosok au cours d'un survol de la région alors qu'il travaillait sur les réseaux d'aqueducs. Parmi l'entrelacs de lignes géométriques de taille gigantesque qui s'y trouvent, on a identifié 18 figures animales gravées dans le sol, dont un singe, une araignée, des oiseaux, un lézard et un chien. Certaines lignes et dessins franchissent même des vallées et des montagnes, comme l'étrange " homme-hibou " ou homme extraterrestre.
La situation de ces lignes géantes au milieu du désert aride qui n'enregistre que de très faibles précipitations annuelles a permis que ces lignes soient protégées de l'érosion et des outrages du temps.
L'existence des lignes de Nazca pose plus d'une question, mais la première qui vient à l'esprit est sans doute la suivante : puisqu'il est impossible de les observer à même le sol, pour qui furent-elles tracées et par quels moyens ?
On ne réussit pas à dessiner parfaitement des figures dans la taille varie entre 50 m et 300 m de façon fort approximative. Ces dessins sont donc le résultat d'un long travail méthodique et très précis. Les pierres naturelles qui reposaient sur le sol furent soigneusement enlevées, et le sillon ainsi formé fut bordé par certaines d'entre elles afin d'accuser davantage son relief.
Plusieurs ont tenté d'élucider le mystère qui entoure toujours ces étranges géoglyphes. Malgré tout, les questions fusent de partout et les réponses sérieusement documentées se font rares pour ne pas dire inexistantes. Depuis la découverte des lignes, certains, à court d'arguments, ont même avancé qu'elles sont le résultat de l'intervention d'extraterrestres.
Les années se suivent et les lignes de Nazca continuent à stupéfier les touristes et à déconcerter les historiens. Leur message est peut-être inscrit dans le sol, mais le désert refuse toujours de dévoiler ses secrets.
Maria Reiche, une informaticienne allemande consacra une grande partie de sa vie pour faire connaître au monde ces fameux dessins.

14:23 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

La maison aux visages

bre60-1

Le 23 août 1971, dans le petit village espagnol de Belmez, la famille Pereira vit tranquillement dans sa maison du 5 rue Rodriguez Acosta. Ce jour-là, madame Pereira fait une étrange découverte, un visage humain se forme de façon spontanée sur le sol cimenté de sa cuisine.

Maria Pereira appelle immédiatement son époux ainsi que son fils pour qu'ils puissent eux aussi voir l'apparition. Le fils, Miguel, dit qu'il voit aussi parfaitement un visage d'homme sur le sol de la cuisine, la famille quitte alors immédiatement les lieux prient de peur et en parlent à leurs voisins. Quelques jours plus tard, la famille revient et le fils démoli la plaque de ciment, puis en refait une autre. Une semaine se passe sans nouvel événement. Au bout de cette semaine, le visage réapparaît. La famille va voir le conseil de la ville pour savoir quoi faire. Les autorités locales récupèrent le bloc de ciment. Là commencent des investigations, on sait que la maison a été bâtie sur un ancien cimetière, d'abord romain, puis musulman, et finalement Chrétien. Ils creusèrent le sol pour découvrir plusieurs corps dont deux sans têtes, dont certains d'adolescents datant du 13e siècle. Tous ces corps furent enterrés dans un cimetière catholique. Maintenant croyant que les esprits sont apaisés, ils refermèrent la cuisine, recoururent une dalle de ciment, et la famille revint chez elle.

Hélas de nouveaux visages apparurent peut de temps après, mais cette fois plusieurs, des femmes, des hommes, des enfants... Le fils essaya de les détruire, mais en vain. La population locale croit en une plaisanterie, et la police empêche la famille de rester chez elle pour voir, mais les manifestations continuent...

Début 1972, German de Argumosa and Hans Bender deux paras psychologues se rendent sur les lieux, pour eux, c'est l'événement paranormal le plus important du siècle. Ils arrivèrent sur les lieux et purent, observez des visages, disparaître sur le sol et de nouveaux réapparaissent. Ils ne furent pas les seuls témoins, plusieurs policiers, journalistes et témoins les virent aussi. Ils firent sceller la cuisine, et attendirent 3 mois, pour vérifier si ce n'était pas une plaisanterie, la salle fut divisée en section pour vérifier les variations et l'on prit de nombreuses photos. Les 3 mois passèrent, et en ouvrant on vit que plusieurs visages s'étaient déplacés de nouveau étaient apparu, Des mains et des griffes apparurent aussi. On fit des photos infrarouges, on fit des analyses audio et aux rayons X, on ne vit aucune supercherie. Les deux professeurs amenèrent aussi des appareils d'écoute et entendirent des voix humaines, certains pensent que ces voix viennent de l'extérieur et se répercutent...

13:52 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : paranormal |  Facebook |

02/09/2006

Gary McKinnon, le "plus grand pirate informatique de tous les temps" risque d’être jugé aux USA, il affirme que le gouvernement américain est en contact avec des "extra-terrestres"

Gary McKinnon, également connu sous le nom Solo, est un hacker britannique accusé d'avoir réussi la « plus grande attaque informatique contre des sites militaires de tous les temps ».

Cet administrateur système de 39 ans, au chômage, est accusé d'avoir pénétré dans 97 ordinateurs des États-Unis appartenant à l'armée et à la NASA, en 2001 et 2002. Les réseaux informatiques américains qu'on l'accuse d'avoir pénétrés appartenaient à la NASA, à l'armée, à la marine, au Ministère de la Défense,à l'armée de l'air,ainsi qu'au Pentagone.

Les USA estiment que les dépenses nécessaires pour le retrouver et corriger les problèmes dont on le croit responsable se montent à environ 900 000 USD

McKinnon a d'abord été poursuivi et arrêté sur la base du Computer Misuse Act (Loi concernant les délits informatiques) par la National Hi-Tech Crime Unit britannique en 2002, mais a été relâché sans être inculpé et sans supplément d'information.

Il a été à nouveau arrêté en juin 2005, et cette fois-ci relâché sous caution et sous conditions, entre autres qu'il n'aurait plus le droit d'accéder à internet. S'il est extradé aux USA et reconnu coupable, McKinnon risque jusqu'à 70 ans de détention. Il a fait savoir qu'il se battrait contre les procédures d'extradition, et qu'il préférait passer devant un tribunal britannique, puisqu'il n'a que peu confiance dans le système judiciaire américain.

McKinnon a protesté qu'il cherchait seulement à établir l'existence des OVNIS et a dit être absolument certain que les Américains possèdent une technologie antigravité.

 

Voici un lien où il dit tout à la BBC :

 

http://blog.vulnerabilite.com/blog/20060529-interview-vid...

 

Voici d'autres liens pour plus d'infos :

 

http://www.attalib.org/modules/news/maroc?13_grand-pirate...

http://www.vulnerabilite.com/actu/20050713163808McKinnon_...

http://www.washtimes.com/business/20050608-115259-6403r.htm

http://www.observabilis.com/

09:41 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gary mckinnon, piratage, pentagone, nasa, ovni |  Facebook |

29/08/2006

Autostoppeuses fantômes, apparitions routières...

Dames Blanches

Dames Blanches : Représentation de la dame blanche.

Il est recensé en France 297 apparitions régulières de ces spectres exclusivement féminins, qui hantent certaines de nos routes. De nombreux témoignages s'accumulent au sein de nos commissariats faisant face à un phénomène certes pas nouveau.

 

L'histoire étrange, mais bien réelle se répète encore et encore, à l'infini :

Voici le "portrait-robot" le plus répandu de nos âmes voyageuses : il s'agit donc d'autostoppeuses silencieuses, le plus souvent vêtues de blanc (ce qui leur vaut leur appellation légitime et familière). Elles sont accostées aux abords d'une ville par les automobilistes-témoins : ces "Dames Blanches" comme on les nomme couramment, formulent clairement leur destination, puis se murent dans un silence inquiétant avant, au détour d'un virage dangereux, de se volatiliser du véhicule samaritain, laissant un témoin plutôt éberlué qui se rappellera durant longtemps de ce mystérieux passage.

Certains, comme le cas de Michel P., auront toujours en mémoire le souvenir de cette rencontre énigmatique qui fait souvent froid dans le dos ! C'est en 1979 que Michel fait route vers Limoges un soir d'hiver et qu'il distingue en plein virage une forme blanche près d'une discothèque : Abordant une jeune femme d'environ une vingtaine d'années, notre témoin très naturellement lui demande où souhaite-t-elle aller à une heure si tardive : "A Limoges, chez des amis si ça ne vous ennuie pas, ne vous en faites pas je me débrouillerai là-bas..."

Jusqu'ici, rien de bien invraisemblable pour Michel P. La jeune auto-stoppeuse prend donc place à l'avant tout naturellement. L'automobiliste témoignera du profond mutisme de la jeune fille qui semble tout droit sortir d'un film des années sixties, de par la robe qu'elle porte... La route se poursuit ainsi tranquillement jusqu'à l'approche d'un autre virage, au Pont de la révolution : c'est à ce moment précis que notre jeune passagère semble effrayée soudain, lançant plaintivement à Michel de négocier prudemment ce fameux virage, ce qu'il fait bien évidemment... Soudain, un cri déchire la nuit, faisant sursauter l'automobiliste qui en tournant la tête vers son étrange passagère, s'aperçoit que celle-ci s'est en quelque sorte "dissoute dans l'atmosphère" !

C'est en stoppant tout net son véhicule et animé d'un sentiment de stupeur et de terreur que Michel P. constate en descendant que, décidément, il ne reste que le brouillard d'une glaciale nuit hivernale : il est tout seul...

Pas un seul témoin ne pourra attester de sa bonne fois. Mais Michel ne se désarme pas, il compte bien témoigner de son étrange et sinistre aventure. Arrivé à Limoges il fait sa déposition à la gendarmerie où on lui confirme qu'il n'est pas le seul à avoir fait la rencontre nocturne d'une auto-stoppeuse fantôme !

Plusieurs cas ont en effet été déjà signalés de nombreuses fois au fameux Pont de la révolution, qui fut témoin de la mort d'une jeune femme, accidentée en voiture 20 ans plus tôt... Michel P. ressent sans doute à ce moment-là un profond soulagement : ainsi, d'autres automobilistes ont vécu comme lui cet étrange épisode fantomatique, ce qui ne l'empêche pas d'être bouleversé, on le comprend, par cette rencontre fort singulière.

Témoignage d'une errance...

Quelles sont les motivations des entités routières ?

Des hypothèses ne manquent pas de jaillir au coeur des esprits : quel rôle semble être rejoué incessamment par ces fameuses "Dames Blanches" ? Est-ce un rôle protecteur et bienveillant afin d'anticiper et éviter les accidents de la route ? Où bien incarnent-elles des âmes vengeresses errant sur terre pour au contraire entraîner dans la mort de pauvres automobilistes serviables n'ayant apparemment rien à voir avec leur destin funeste ?

Tous les témoins semblent se rejoindre pour confirmer l'attitude au demeurant sympathique de ces jeunes âmes errantes sur les routes de France. Avouons qu'il est plutôt difficile de contredire tous ces témoignages plus solides les uns que les autres !

Les psychologues réagissent aux faits en avançant la thèse des visions épileptiques, ou même d'hallucinations collectives quand les témoins sont nombreux. En ce cas, comment expliquer d'éventuelles "preuves matérielles" constatées en certains cas ?

Quant aux sociologues, il serait tout juste question de légendes urbaines pour attester du phénomène au sein de nos ères contemporaines. Mais qui dit "légendes" révèle un mythe de source populaire intégré aux traditions : ce qui fait de lui en l'occurrence, une croyance non constatée par le biais d'un témoignage où tout paraît concorder ! Ce qui réfute alors cette dernière hypothèse, décidément moins fondée, surtout au regard des nombreux témoins du phénomène...

Un scénario récurrent

Toujours ou presque le scénario similaire : une jeune femme accidentée quelques années auparavant se plante au beau milieu d'un virage qui a fait sa perte, ou bien près d'un carrefour non moins dangereux, pousse un cri puis disparaît de leur siège passager.

Certaines de ces âmes en détresse s'agitent et semblent incontrôlables quand le lieu funeste apparaît : c'est ainsi le cas d'une auto-stoppeuse fantôme régulière du Calvados, décédée au croisement près de la forêt de Cerisy.

Cette âme en peine semble très persuasive et se manifeste toujours par temps pluvieux ce qui rappelle immanquablement un décor de film d'horreur !

Plusieurs habitants du village confirment de cette apparition insistante. Il s'agit apparemment d'une jeune fille de moins de 20 ans, qui éternellement rejoue la scène de son propre drame depuis 1960 ! Celle-ci compte bien se faire "entendre" afin que la signalisation soit respectée, puis comme les autres elle disparaît sa mission accomplie...

On pourrait ainsi se dire que les mystérieuses "Dames Blanches" sont bénéfiques en cas d'automobilistes imprudents : leur seule apparition serait sans doute un électrochoc pour bon nombre d'insouciants de la route.

Preuves matérielles et tactiles

D'autres cas d'apparitions encore plus troublants, cette fois marqués par la disparition d'objets. Il s'agit ici d'une matérialisation de dame blanche prise en stop dans le département de l'Isère, par un médecin grenoblois :

 

C'est donc en 1977, par une pluie battante que notre témoin pris en charge une jeune femme vêtue de blanc et peu volubile apparaissant régulièrement sur la N90 à Chapareillan. La jeune apparition désirait aller tout simplement chez ses parents. Arrivée à la hauteur du Pont aux furets, elle démontra des signes d'agitation non dissimulés s'estompant passé le danger, ce qui veut dire que notre "heureux" témoin eut le privilège, si l'on peut dire, d'une apparition plus longue. Un peu plus loin, nos compagnons de route arrivent alors devant une maison que l'inconnue déclare être celle de ses parents. Comme la pluie se fait plus battante, notre charmant médecin prête son parapluie toujours sans savoir ce qu'il va se produire. La jeune femme prend l'objet puit s'éloigne sous les yeux de l'automobiliste, entre bien dans la maison en question pour ne jamais plus en ressortir. Croyant à un oubli de sa part, notre témoin rejoint la fameuse demeure pensant ainsi récupérer son bien. Mais ce n'est pas une jeune femme qui lui ouvrit tardivement cette nuit-là :

Stupéfait, notre homme découvre qu'il s'agit d'un couple de quinquagénaires ayant perdu leur fille unique dans un accident de moto, devinez où... au Pont du furet, bien entendu ! Effectivement les pauvres gens dont on imagine l'émotion, confirment dès la description du médecin qu'il s'agit bien de leur fille disparue...

Certains témoins automobilistes pris d'ardeurs soudaines pour leur "apparition " déclarent que le contact avec la peau de l'inconnue semblait incroyablement glacial, mais bien palpable malgré le manque réactif de la passagère fantôme qui n'oublie jamais sa mission préventive (ou vengeresse ?).

En effet, ces êtres spectraux semblent se matérialiser tout comme nous autres humains. D'apparence humaine, ils sont dotés de parole, mais non loquaces pour autant, vêtus le plus fréquemment de blanc bien qu'il existe également certaines apparitions dotées de ce qui semble être du cuir (pour les accidentées de moto surtout ).

Le mystère reste hélas entier bien que les témoignages sont légion sur une bonne partie de la France.

Pas d' "hommes blancs" recensés ?

Et l'on peut aussi s'interroger quant aux hommes morts accidentellement. Que sont devenues leurs âmes, pour quelle raison ne s'investissent-elles pas, elles aussi de cette mission auprès des automobilistes ? Peut-être est-ce tout simplement parce que les autos-stoppeurs masculins sont moins nombreux que les autos-stoppeuses, qui sait ?

Cela ferait figure d'hypothèse...

On parle en effet souvent des "Dames Blanches" car ce sont elles qui sont recensées à sillonner certaines zones routières de notre pays.

Rencontres plus fréquentes dans certaines régions françaises

Tout ce que l'on sait c'est que le phénomène est récurrent, surtout dans certaines régions comme la Bretagne, et en Poitou. Peut-être avez-vous déjà trouvé sur votre chemin ces fameuses "Dames Blanches", peut-être même avez-vous également fait votre déposition dans un commissariat proche de cet incident, mais il est certain en tout cas que vous ne sortirez pas indemne de cette étrange rencontre du 3e type.

20:42 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : dame blanche, fantome, chemin |  Facebook |

28/08/2006

Jennifer Love Hewitt rencontre les fantômes

 

Jennifer Love Hewitt est tombée des nues. Lors d'une émission télévisée sur le spiritisme à laquelle elle participait, elle est entrée en contact avec un fantôme mais... pas n'importe lequel. Sa grand-mère, en personne, est venue la saluer ! L'actrice a annoncé que c'était incroyable puisqu'elle était morte. Petite information pratique pour Jennifer, pour rencontrer un fantôme, il vaut en effet mieux que la personne soit morte. Bref, le jeune fille, nullement impressionnée, a relaté l'évènement comme tel : "Elle venue me dire bonjour et a précisé qu'elle me regardait souvent. Ce fût une expérience vraiment très agréable". Info, intox, à vous de juger...

09:48 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : paranormal, stars, fantome |  Facebook |

26/08/2006

Poltergeist

 

Poltergeist , 1982 aux USA , une incroyable histoire de fantôme sort sur les écran : Poltergeist . Le film raconte la vie d'une famille confrontée à des esprit frappeurs. Esprit qui auraient réellement existé ! La série des Poltergeist est frappé d'une étrange malédiction.

Quelques jours après la sortie du film l'actrice Dominique Dunne une des héroine, est étranglée en pleine rue par son fiancée.

En 1985 , peu aprés la fin du 2eme volet , Julian Beck , le pasteur diabolique, meurt d'un cancer.

Avant que commence le torunage du 3eme film, Will Sampsons, le sorcier indien ; meurt des suites d'une opération.

Au cours du tournage de Poltergeist 3 en 1987, la jeune actrice qui joue Carol-Anne fut frappée d'une étrange maladie et mourut en 1988.

 

20:35 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poltergeist, paranormal, mort |  Facebook |

24/08/2006

vidéo d'une voiture fantôme aux states

voici le lien :

http://a.z.a.z.e.l.free.fr/voiture_fantome.wmv

Attention : à voir jusqu'au bout car fin surprenante !!!

19:02 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : paranormal, mystere |  Facebook |

Video: attaques nocturnes(interdit aux - de 10ans)

Vidéo excellente à voir

http://smartieskiller.free.fr/serendipity/index.php?/arch...

18:44 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : paranormal |  Facebook |

23/08/2006

Chasse au fantôme sur le tournage de James Bond !

Selon le Sun, plusieurs membres de l'équipe de Casino Royale, le dernier James Bond, ont refusé de tourner à bord d'un gros porteur utilisé pour les besoins du film... La raison ? Il serait hanté par le fantôme d'une femme décédée d'une crise cardiaque dans cet avion il y a plusieurs années ! Une histoire corroborée par le porte-parole de l'aérodrome où l'ancien appareil de la South African Airways stationne : "Je ne peux rien vous dire sur le film, mais je suis au courant que l'avion est possédé... " A quand James Bond au générique de Ghostbusters? (Jordane Guignon)

10:07 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paranormal |  Facebook |

Vidéos d’ovnis : la vague australienne 2006 était un canular !

 

Vous vous souvenez de AustralianUFOWave.com, un site Web prétendant qu’il y avait une vague d’observation d’ovnis en Australie et qui proposait des vidéos de ces objets (voir Ovnis : la vague australienne 2006 en vidéos) ?

 

Sur la page d’accueil, un communiqué déclare que les 31 films qui ont été publiés sur ce site, entre juin et la mi-août 2006, sont tous des trucages numériques et que ce projet - qualifié d’«expérience artistique» - a été subventionné par le gouvernement australien et la Commission australienne du film. 

 

Christopher Kenworthy, le directeur du projet, explique que les premières vidéos présentaient un certain «degré de plausibilité» mais que celui-ci a été graduellement réduit. «Ce n’est que quand les deux dernières vidéos ont été publiées qu’un nombre important de personnes ont eu des doutes», dit-il. Et pour cause : voir vidéo 30 et vidéo 31, du 4 août. Effectivement, si ces vidéos avaient été sur le site au moment où je l’ai visité, je n’en aurais jamais parlé sur ce blog. 

 

Pourquoi avoir créé ce canular (que le directeur préfère appeler «création artistique immersive»)? Pour Christopher Kenworthy, il s’agissait de créer un sentiment d’émerveillement face au phénomène ovni, d’améliorer la recherche sur les vraies vidéos d’ovnis et «de montrer aux sceptiques qu’ils se basent souvent sur leurs croyances plutôt que sur des preuves».

 

Cette révélation ne manquera pas de décevoir une certaine portion des millions d’internautes ayant visionné ces clips, mais elle aura au moins eu le mérite de démontrer que le trucage de vidéos numériques peut berner pas mal de gens.

 

Si l’aspect technique des trucages vous intéresse, Christopher Kenworthy indique qu’il a utilisé Final Cut Pro pour le montage et After Effects Pro 7.0 pour les effets spéciaux et que la plupart des «ovnis» étaient des lumières réelles superposées sur le ciel (bien que certains objets aient été modelés par ordinateur).

 

Enfin, pour les gens qui seraient tentés de croire que les objets des vidéos sont bien réels et que cette annonce d’un canular est une opération de camouflage, une page prouve qu’il s’agit bien de trucages en montrant des vidéos avant et après les modifications numériques.

Voilà.

 

09:42 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hoax, paranormal |  Facebook |

07/04/2006

Le cas du presbytère de Borley


Le cas du presbytère de Borley est particulièrement intéressant pour qui veut s'adonner à l'étude ou à la chasse des fantômes car il constitue une référence de tout premier choix, que ce soit au niveau de la multiplicité des phénomènes et de leur nombre (plus de 2000 ont été répertoriés!), celui des antécédents (voir plus bas) difficilement plus évocateurs, la médiatisation de l'événement, les "preuves qui en ont été tirées", les rebondissements de l'affaire, l'intervention de Harry Price, chasseur de fantômes notoire et, sa conclusion. Le presbytère de Borley est, de nos jours encore, considéré comme le lieu le plus hanté d'Angleterre et peut-être même du monde. Ce n'est pas peu dire!

Situé dans l'Essex, près de la rivière Stour, le presbytère de Borley est un bâtiment assez récent puisqu'il a été construit en 1863 par le révérend Henry Bull. Toutefois, le site sur lequel il fut érigé date, lui, du moyen âge. Il exista là un prieuré que l'on suppose cistercien, ce dont on est certain en revanche, c'est qu'un trésor s'y trouve toujours (à défaut de fantômes, il y a donc de quoi faire...) Il faut noter à ce propos que, contre toute attente, lors de la dissolution des monastères, les biens ne furent pas confisqués mais soigneusement cachés par le prieur et ses moines.

Avant même de parler du presbytère, on signale déjà une hantise sur le site de ce dernier. L'histoire des lieux est extrêmement riche en drames, meurtres, empoisonnements, et autres "amusettes et joyeusetés"...Ainsi par exemple, on dit qu'une novice du couvent de Bures et un jeune moine du Prieuré de Borley tombèrent amoureux. Ils furent surpris alors qu'ils s'échappaient dans une charrette. Le jeune moine fut puni de mort et la jeune nonne fut condamnée a être emmurée vivante dans la crypte sous le prieuré. Bref, on s'amusait bien, à l'époque!

La suite des événements n'allait pas être triste non plus. Le 16 Octobre 1930, le révérend Lionel Foyster et sa femme Marianne, emménagèrent au presbytère. Leur séjour ne fut pas de très longue durée puisqu'ils le quittèrent cinq ans plus tard, probablement lassés par les  manifestations paranormales qui s'y seraient déroulées. Par la suite, Marianne raconta que de nombreux événements auraient pu être expliqués de façon rationnelle mais elle fut incapable de les expliquer tous. Par exemple, des inscrptions sur les murs ne reçurent aucune explication.

Le presbytère avait depuis longtemps acquis sa sinistre réputation lorsqu'il connut des derniers locataires, lesquels se caractérisaient par leur scepticisme à toute épreuve. Le capitaine William Gregson et les siens durent pourtant bien changer d'avis.

Le presbytère de Borley fut la proie des flammes pendant la nuit du 27 au 28 Février 1939. Nullement décontenancés pour autant, les fantômes se seraient manifestés en face de la route, dans l'église de Borley où ils ne semblaient donc pas non plus découragés par la vocation de l'édifice.

Plusieurs personnes prirent des photos parfois très énigmatiques de certaines apparitions. Il s'agit de la photo de "la brique flottante" qui aurait en fait été portée par un esprit aux dires d'observateurs nantis d'une meilleure vue, ou celle du vieil homme voûté, mais il est difficile de se prononcer au vu de la qualité des clichés. Il existe cependant des éléments beaucoup plus récents: David Bamber prit une photo en 1995 semblant montrer Harry Price par-dessus une pierre tombale. Si on regarde de près. Il revint en 1999, avec une photo de ce qui pouvait passer pour une silhouette dans les arbres. Le photographe Dick Gee ne peut pas expliquer comment il se fait qu'une photo qu'il a prise dans l'église présente une sorte de "brouillard" en son milieu.

Mais l'étude du presbytère de Borley ne se limite pas à cela. Les trouvailles historiques deviennent de plus en plus intéressantes: ainsi, on remarque non seulement que les lieux ne sont pas hantés par un seul fantôme mais plusieurs, dont celui de son premier vicaire, le révérend Henry Bull. Un soir, peu après y avoir aménagé, l'un des enfants du révérend est giflé au visage par une main invisible. Un autre enfant dira avoir vu un homme habillé «à l'ancienne» qui se tenait debout près de son lit. On y signale aussi un attelage que l'on entend galoper dans l'allée (la charrette de la nonne et de son parti?). Les circonstances même de l'incendie su presbytère sont elles aussi mystérieuses et ne seront d'ailleurs jamais expliquées. Dans les ruines de l'incendie, on retrouva un squelette de femme enterré dans la cave. Celui de la religieuse assassinée ?
Mais ce n'est pas encore tout: poltergeist; portes arrachées, volets brisées, lueurs étranges, sons terrifiants, pluies de pierres, déplacements inexplicables des meubles, etc... à défaut de saut à l'élastique, le touriste y trouvera donc tout ce qu'il faut pour faire son bonheur pourvu qu'il soit amateur de sensations fortes.
Harry Price, le célèbre chasseur de fantômes qui avait démasqué tant de faux médiums, élucidé tant de fausses hantises, a aussi offert son propre témoignage, étayé de minutieuses constatations. Pour l'occasion, un appareillage moderne avait été employé: enregistreurs caméras, circuit infra-rouge. Pour lui qui était donc un éminent spécialiste de la question (son étude fit d'ailleurs l'objet d'un film: "Qui hante le presbytère de Borley?") il n'y avait pas à tergiverser: les lieux étaient bel et bien hantés et constituaient même l'une des plus évidentes preuves de l'existence des fantômes.
Peut-être pour alimenter la controverse, on accusa Harry Price d'avoir amplifié les événements insolites du presbytère. L'affaire rebondit en 1958 avec les révélations de Marianne Foyster, qui confia à des chercheurs que toutes ces manifestations n'étaient qu'une mise en scène. C'est elle et son défunt époux qui, disait-t-elle alors, étaient derrière chaque coup frappé à Borley. Le commun des mortels croit alors être rasséréné: mais non! voyons! Les fantômes n'existent pas! On vous l'avait bien dit...
Seulement, les Foyster n'étaient pas encore sur place, ni même seulement au monde alors que les lieux étaient déjà réputés hantés. Ils n'ont pas pu expliquer eux-mêmes tous les phénomènes. Avant même la construction du presbytère, un sentier menant à l'église était connu sous le nom du «sentier de la nonne», à cause justement du fantôme d'une religieuse qui y avait maintes fois été aperçu.
Et puis... il reste que, de nos jours encore, l'église de Borley est le théâtre de manifestations étranges. C'est du moins ce que l'on dit.

Nous avons effectué quelques recherches et notamment trouvé une liste des fantômes possibles au presbytère. Vous trouverez ci-dessous une liste des noms ou rôles de personnes ayant connu une fin tragique (traduit de l'anglais, il peut subsister certaines approximations ou erreurs):

1. La nonne - emmurée vivante
2. Le moine - pendu ou décapité
3-4. un ou deux cochers - pendus ou décapités
5. Simon de Sudbury - décapité le 14 juin 1381
6. Sir Edward Waldegrave - mort, Tour de Londres, 1 Septembre 1561
7. John Deeks - très désagréable ministère de 1642-60
8. Cavalier loyaliste - échappé de la bataille de Borley, il fut trouvé et tué.
9. Prêtre catholique (Dominic ou Enoch) - crucifié
10. sa "compagne", une nonne - assassinée
11. Marie Lairre - étranglée par Charles Waldegrave, 17 Mai 1667
12. Arabella Waldegrave - assassinée par sa mère, Henrietta 1697
13. Henrietta Waldegrave - assassinée par Nicholas Waldegrave, 1730
14. "Cris perçants de fille" - défenestrée de la chambre bleue
15-16. deux cochers - exécutés pour meurtre
17. Katie Boreham - étranglée par Harry E. 1888
18. Harry Bull empoisonnée par sa femme, Ivy.
19. Lionel Foyster - empoisonné
20. Harry Price - diffamé.

NB: La voyante Lilian Bailey a reçu un message de Harry Price après sa mort. Il disait: "Le presbytère est vraiment hanté, Borley le prouvera de lui-même et je serai vengé, même si pour ce faire, je dois y revenir et m'y manifester moi-même..."
Malheureusement, cette dernière phrase peut également s'interpréter de deux manières fondamentalement différentes:
L'interprétation fantastique:
En dénigrant Price, on lui a donné une "raison" de se transformer en fantôme après sa mort. En effet, il est mort en conservant une rancune tenace vis-à-vis de l'opprobre qu'on lui a causé (sous-entendu, ce qu'il disait était vrai et le presbytère était donc bel et bien hanté. De toute façon, dans le cas contraire, s'il ne l'était pas, maintenant, il le sera!
L'interprétation rationnelle:
Harry Price était certes convaincu que le presbytère était hanté. Il l'était d'autant plus qu'il voulait y croire. Ce n'était donc qu'une forme d'auto-persuasion qu'il a essayé de communiquer.

17:34 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paranormal, lieu hante |  Facebook |

Le cas d'Allan Kardec

Allan Kardec, de son vrai nom, Denizard Hippolyte-Léon Rivail, est né le 3 octobre 1804 à Lyon, au 76 rue Sala. Il entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du Livre des esprits

Son esprit protecteur lui apprit, par une communication qu’il l’avait connu dans une existence précédente au temps des Druides, il s’appelait alors Allan Kardec.

 

17:25 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : communication, esprits, paranormal |  Facebook |

06/04/2006

Le cas Adamski

Georges Adamski, né en Pologne le 17 avril 1891 et mort le 23 avril 1965 d'une crise cardiaque à Silver Springs, États-Unis, est sans doute le cas le plus célèbre de contacté en ufologie.

Biographie
Professeur de métaphysique et de philosophie, il s'intéresse à l'astronomie et plus particulièrement au phénomène ovni. Il prend plusieurs photographies à l'aide d'un téléscope de soucoupes volantes. À partir de 1952, il prétend avoir été contacté par un occupant d'un de ces engins, qu'il décrit ainsi :

"l'homme ressemblait à tout autre homme, et j'ai remarqué qu'il était relativement plus petit que moi et considérablement plus jeune. [...] Alors pour la première fois j'ai vraiment réalisé que j'étais en présence d'un homme de l'espace — un humain d'un autre monde ! La beauté de son apparence dépassait tout ce que j'avais pu voir. Et l'aspect avenant de son visage me libera de toute pensée personnelle. Je me sentais comme un petit enfant en présence de quelqu'un doté d'une grande intelligence et de beaucoup d'amour, et je devint très humble par rapport à moi-même... de lui émanait le sentiment d'une compréhension et d'une gentillesse infinie, avec une humilité absolue."

Adamski rencontrera plusieurs fois cet "homme", qui l'emmènera faire un tour à bord de son véhicule et lui délivrera des messages de paix, se disant préoccupé par les essais nucléaires pratiqués aux États Unis.

Le 13 mai 1963, Adamski prétendra rencontrer le pape Jean XXIII trois jours avant la mort de celui-ci.

Réalité ou supercherie ?
Adamski, de ses premières interventions jusqu'à aujourd'hui, n'a cessé de diviser les clans ufologues.

Pour certains, il ne fait aucun doute que Georges Adamski était un homme véritablement en contact avec les extra-terrestres. Ils citent par exemple ses rencontres avec des personnages importants comme le président Kennedy, la reine des Pays-Bas Juliana ou le pape Jean XXIII. Ce dernier lui aurait d'ailleurs remis une haute distinction honnorifique vaticane. Les pro-Adamski déclarent aussi que certaines des conversations qu'il aurait eu avec son émissaire extra-terrestre décrivent des phénomènes que la science n'avait pas démontré à l'époque, comme les ceintures de Van Allen ou les images holographiques.

D'un autre côté, les anti-Adamski décrivent ce dernier comme un mystificateur habile. Ainsi, sa rencontre avec le pape ne serait qu'une supercherie, ce dernier étant agonisant sur son lit de mort au moment de la soi-disant rencontre. La médaille honorifique qu'il aurait reçu ne serait en fait qu'un bibelot pour touristes. Ses photographies ne seraient que des trucages, et les témoins de ses rencontres des complices.

Au final, si pour certains, il est "Le premier homme de l'espace", le major Edward Keyhoe le qualifiera d'"opérateur d'un stand de hamburger", relayant la pensée générale de la plupart des scientifiques ufologues, pour qui Adamski aura fait grand tord à leurs études, ses mystifications participant grandement à discréditer leur discipline.
 

19:45 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ovni, paranormal, extraterrestre |  Facebook |

Petites vidéos tirées sur le net

Le tout vous est livré avec de la musique !!!

 

http://video.google.com/videoplay?docid=82668010785067398...

 

http://video.google.com/videoplay?docid=68975751028294786...

 

 

11:10 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paranormal, ovnis, musique, videos |  Facebook |

05/04/2006

Documents vidéos très très intéressants sur des photos d'ovnis

Vidéo tirée de l'Odyssée de l'Etrange présentée par Jacques Pradel :

lien : http://aipl.free.fr/video/odysseepradel.wmv

Durée : + ou - 10 minutes.

 

12:14 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pradel, paranormal, mystere, ovni |  Facebook |

Vague OVNI belge 1989/1990

Voici un nouveau post sur le sujet, une petite vidéo doc.

 

lien : http://aipl.free.fr/video/ovnibelge.wmv

12:08 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ovni, video, paranormal |  Facebook |

02/04/2006

hoax ou vraie présence dans ce cimetière?

Voici le lien :

 

http://www.filecabi.net/v/file/girlbemetary/wmv

19:28 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : video, cimetiere, ombre, hoax, paranormal |  Facebook |

L'opéra hanté

 

Fairmount, Indianapolis - Un groupe d'étudiants qui utilisaient un bâtiment vieux de 120 ans pour des répétitions théâtrales a été témoin d'évènements paranormaux qui les pousses à croire à l'existence d'un fantôme en ces lieux.

Il y a un an, peu de temps après que les étudiants aient commencé à répéter dans l'opéra de Scott, les histoires de fantôme ont commencé, a indiqué Judy Cowling, présidente de « Historic Fairmount »

Il y avait des bruits bizarres, les lumières s'éteignaient sans raison et les objets se déplaçaient d'un endroit à l'autre. Un jeune a même affirmé avoir aperçu le visage d'un homme barbu. Cowling, dont le groupe possède le bâtiment et espère le rénover, ne croit pas que le bâtiment est hanté : "je suis très sceptique" a t-elle avoué.

Pour prouver son point de vue, Cowling a décidé de passer une soirée avec les étudiants dans la vieille bâtisse, qui a été construite en 1884 dans une ville à environ 100 kilomètres au Nord-Est d'Indianapolis. Cette nuit là, alors qu'elle entrait dans une chambre, la porte s'est brusquement refermée derrière elle, l'empêchant de sortir de la pièce.

En mars les rumeurs circulant sur l'opéra ont attiré des traqueurs de fantômes arrivant d'Indiana. Après avoir installé leur équipement sur les lieux, ils ont vérifié les changements des champs électromagnétiques qui d'après eux pourraient indiquer la présence de spectres. Ils ont également pris des photos pour tenter de capturer des images invisibles à l'œil humain. Aucun fantôme n'a été vu, mais de nombreux spectateurs curieux ont assisté à l'investigation.

Cowling a indiqué que le groupe de chasseurs de fantômes d'Indianapolis projette sa propre recherche.

18:20 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lieu hante, esprit, fantome, paranormal |  Facebook |