08/04/2006

Les Foo-Fighters

C'est à partir de 1942 que commencèrent à apparaître ces sphères lumineuses accompagnant les avions. Au cours de la seconde guerre mondiale, les aviateurs des deux camps rencontrèrent de nombreux ovnis sur les théâtres d'opérations. Il était souvent considéré a cette époque qu'il s'agissait d'une arme secrète de l'adversaire. Les allemands les nommaient " Kraut-bolids " et les américains " foo fighters " (chasseurs fous).

A partir de 1943, les bombardiers anglais et américains qui attaquait l'Allemagne jour et nuit, commencèrent à rencontrer des boules ou des disques lumineux qui se faufilaient au milieu des formations et qui pénétraient parfois dans les carlingues.
Ceux-ci disparurent avec la fin de la guerre. On y vit donc une sorte d'arme psychologique allemande, puis on tenta de les expliquer par un phénomène electromagnétique induit par la présence rapprochée des bombardiers ou par la foudre en boule. A la fin de la guerre, aucun pays ne déclara en avoir été l'instigateur de ces apparitions.

L'approfondissement de l'hypothèse d'engins secret nazis ne donna, apparemment pas grand-chose car aucuns des engins secrets conçus par les ingénieurs nazis ne coincidaient avec les foo-fighters. Toujours est-il que ce phénomène lumineux sembla prendre fin avec la fin des hostilités.

 

Pour plus d'infos :  lien : http://www.ufologie.net/htm/foof.htm

                             lien : http://www.rr0.org/FooFighters.html

20:39 Écrit par nathi dans énigmes, mystères | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enigme, mystere, guerre |  Facebook |

Les boules du Costa Rica

 Non il ne s'agit pas d'un concours de pétanque en Amérique du sud mais bien d'un nouvel anachronisme qui je le pense a bien sa place dans cette rubrique.

Alors pour ce qui est de la description et du mode de fabrication supposé de ces boules, voici les Explications D'Yvon Leclerc, chercheur à l'institut international du paléozoïque : Il existe au sud du Costa Rica dans le Delta du fleuve Diquis, près de 200 boules (bolas) en granite très dur. Elles varient de 10 cm à 2,5 mètres de diamètre (jusqu'à 16 tonnes). Elles auraient été sculptées par des artisans d'Amérique Centrale il y a 1,600 ans et plus. On ne peut savoir à quelle époque précise puisqu'il est difficile de dater le travail sur une pierre. Nous pouvons dater la pierre mais nous ne pouvons pas dater le travail sur la pierre. Nous ne connaissons pas le pourquoi de ces boules. Elles auraient peut-être servi aux emplacements des tombes. Plusieurs ont été détruites par les bulldozers quand la forêt céda la place aux plantations de bananiers. D'autres boules ont été déplacées pour servir de monuments touristiques etc. Une des boules de 2 mètres a été vérifiée, la marge d'erreur est de 2 millimètres, ce qui fait qu'elle n'est pas tout à fait sphérique. Même avec les outils d'aujourd'hui, il serait difficile d'arriver à cette perfection. Les spécialistes croient que chaque boule aurait été taillée en boule grossière et par la suite, polie avec un abrasif (peut-être du sable). Les archéologue se posent la question: pourquoi les carrières de granite sont à une dizaine de kilomètres de là? Nous n'avons pu étudier qu'une boule de 3 pi. Nous avons effectué trois frottis bruts sur la boule et nous avons comparé les frottis pour voir si les outils et la technique étaient semblables. Nous ne croyons pas que la "bolas" ait été sculptée grossièrement et par la suite finie avec un abrasif de sable. Nous pensons plutôt qu'elle a été travaillée à l'aide d'un gabarit et un outil de 1,75 po + ou - de largeur a servi à la finition de cette "bolas". L'artisan a travaillé la finition en deux étapes. Il a d'abord procédé en bandes horizontales en vérifiant régulièrement avec le gabarit. Par la suite, il a roulé la boule d'un quart de tour. Le sculpteur a refait le même procédé de finition en bandes horizontales, ce qui a donné un motif en carrés. Nous pouvons voir sur les frottis des marques parallèles, horizontales et verticales qui tracent des carrés d'une superficie de 1,75 po. par 1,75 po. Il nous est difficile de confirmer l'utilisation du sable comme abrasif puisque le temps a usé la surface, mais nous pensons que le fait de voir les coups du ciseau démontrerait qu'il n'y a pas eu d'abrasif.

Cette technique pourrait être utilisée sur les différentes boules et comparée les frottis pour vérifier les outils et les techniques utilisés. Pour obtenir une meilleure idée de datation, il serait intéressant de faire des plâtres sur différentes boules afin de mettre en relief les traces d'outils. Par la suite, visiter les musées et faire des plâtres sur des poteries qui semblent avoir les mêmes traces d'outils. En trouvant les mêmes traces d'outils, il serait facile de dater la poterie au carbone 14. Et nous aurions la date de ces outils qui ont fabriqué les boules. Et nous pourrions, par le fait même, avoir peut-être une bonne idée des artisans qui ont fait ces boules, puisqu'ils sont les mêmes qui auraient fait les poteries. D'autres archéologue s'intéressèrent a ces objets tel Doris Z. Stone qui en 1940 termina son rapport par cette phrase très révélatrice :

"Nous devons classer les boules parfaites du Costa Rica parmi les énigmes mégalithiques indéchiffrables."

De plus, certaines d'entre elles ont été retrouvées dans des endroits extrêmement difficile d'accès comme l'explique l'explorateur suisse Erich Von DÄNIKEN, il indique qu'il a dû parcourir, dans la région de Piedras Blanca, au sud-est, près de 100 Km en Land-Rover, dans une jungle hostile, où il fallait soulever la voiture au levier pour lui faire traverser certains virages et finalement elle refusa, à un certain moment, d'aller plus loin. Et pendant encore une heure de marche, aidé d'un guide expérimenté, il réussit à se trouver en face de deux énormes boules parfaitement sphériques et tout à fait impressionnantes par leurs masses au milieu de cette forêt. C'était justement parce que ces boules de Piedras Blanca "se trouvaient au plus profond de la jungle que cela valait la peine d'aller les filmer".

Alors comment ces boules qui sont déjà incroyables de par leur fabrication, puisque certaines atteignent un degré de perfection difficilement réalisable avec nos outils moderne, se sont elles retrouvée perdue en pleine jungle ? On peux imaginer qu'a cette époque ces régions n'était pas recouvertes de forêts et étaient donc habitables et habitées mais dans ce cas pourquoi n'as t'on pas retrouver (à ma connaissance du moins) des vestiges aux alentour de ces boules ? Il semblerait également que les seules carrières de granit (connues en tout cas) se trouvent souvent a des distances relativement importantes allant de 10 à près de 100 Km. Il est vrai que, vu leurs formes il ne devait pas être bien difficile de les déplacer, à la condition de le faire sur un terrain relativement dur et surtout pas marécageux, mais tout de même !!! Pourquoi des personnes auraient fabriqué ces boules avec autant de soins, ce qui à du leur prendre des mois voir des années, pour ensuite les emmener très loin de là et tout cela uniquement pour leur servir d'objet de culte ou autres rituels funéraires ?

La question restera encore longtemps sans réponses malheureusement. Néanmoins, une légendes locale raconte que chaque boule appelée Indians-ball ou Sky-ball par les indigènes représente le symbole de l'astre du jour notre Soleil. Mais les archéologues rejettent cette interprétation, car d'après eux à ce degré de latitude, le soleil a toujours été représenté par un cylindre, une roue, ou un disque doré mais jamais par une forme sphérique, pas plus chez les Incas, que chez les Mayas ou les Aztèques. D'ailleurs les indigènes eux mêmes répugnent à conduire les visiteurs sur les lieux où se situent ces boules parfaites car ils les considèrent comme des objets sacrés et dont les emplacements sont des sanctuaires tabous.

20:32 Écrit par nathi dans énigmes, mystères | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : enigme, mystere |  Facebook |

07/04/2006

Le cas du presbytère de Borley


Le cas du presbytère de Borley est particulièrement intéressant pour qui veut s'adonner à l'étude ou à la chasse des fantômes car il constitue une référence de tout premier choix, que ce soit au niveau de la multiplicité des phénomènes et de leur nombre (plus de 2000 ont été répertoriés!), celui des antécédents (voir plus bas) difficilement plus évocateurs, la médiatisation de l'événement, les "preuves qui en ont été tirées", les rebondissements de l'affaire, l'intervention de Harry Price, chasseur de fantômes notoire et, sa conclusion. Le presbytère de Borley est, de nos jours encore, considéré comme le lieu le plus hanté d'Angleterre et peut-être même du monde. Ce n'est pas peu dire!

Situé dans l'Essex, près de la rivière Stour, le presbytère de Borley est un bâtiment assez récent puisqu'il a été construit en 1863 par le révérend Henry Bull. Toutefois, le site sur lequel il fut érigé date, lui, du moyen âge. Il exista là un prieuré que l'on suppose cistercien, ce dont on est certain en revanche, c'est qu'un trésor s'y trouve toujours (à défaut de fantômes, il y a donc de quoi faire...) Il faut noter à ce propos que, contre toute attente, lors de la dissolution des monastères, les biens ne furent pas confisqués mais soigneusement cachés par le prieur et ses moines.

Avant même de parler du presbytère, on signale déjà une hantise sur le site de ce dernier. L'histoire des lieux est extrêmement riche en drames, meurtres, empoisonnements, et autres "amusettes et joyeusetés"...Ainsi par exemple, on dit qu'une novice du couvent de Bures et un jeune moine du Prieuré de Borley tombèrent amoureux. Ils furent surpris alors qu'ils s'échappaient dans une charrette. Le jeune moine fut puni de mort et la jeune nonne fut condamnée a être emmurée vivante dans la crypte sous le prieuré. Bref, on s'amusait bien, à l'époque!

La suite des événements n'allait pas être triste non plus. Le 16 Octobre 1930, le révérend Lionel Foyster et sa femme Marianne, emménagèrent au presbytère. Leur séjour ne fut pas de très longue durée puisqu'ils le quittèrent cinq ans plus tard, probablement lassés par les  manifestations paranormales qui s'y seraient déroulées. Par la suite, Marianne raconta que de nombreux événements auraient pu être expliqués de façon rationnelle mais elle fut incapable de les expliquer tous. Par exemple, des inscrptions sur les murs ne reçurent aucune explication.

Le presbytère avait depuis longtemps acquis sa sinistre réputation lorsqu'il connut des derniers locataires, lesquels se caractérisaient par leur scepticisme à toute épreuve. Le capitaine William Gregson et les siens durent pourtant bien changer d'avis.

Le presbytère de Borley fut la proie des flammes pendant la nuit du 27 au 28 Février 1939. Nullement décontenancés pour autant, les fantômes se seraient manifestés en face de la route, dans l'église de Borley où ils ne semblaient donc pas non plus découragés par la vocation de l'édifice.

Plusieurs personnes prirent des photos parfois très énigmatiques de certaines apparitions. Il s'agit de la photo de "la brique flottante" qui aurait en fait été portée par un esprit aux dires d'observateurs nantis d'une meilleure vue, ou celle du vieil homme voûté, mais il est difficile de se prononcer au vu de la qualité des clichés. Il existe cependant des éléments beaucoup plus récents: David Bamber prit une photo en 1995 semblant montrer Harry Price par-dessus une pierre tombale. Si on regarde de près. Il revint en 1999, avec une photo de ce qui pouvait passer pour une silhouette dans les arbres. Le photographe Dick Gee ne peut pas expliquer comment il se fait qu'une photo qu'il a prise dans l'église présente une sorte de "brouillard" en son milieu.

Mais l'étude du presbytère de Borley ne se limite pas à cela. Les trouvailles historiques deviennent de plus en plus intéressantes: ainsi, on remarque non seulement que les lieux ne sont pas hantés par un seul fantôme mais plusieurs, dont celui de son premier vicaire, le révérend Henry Bull. Un soir, peu après y avoir aménagé, l'un des enfants du révérend est giflé au visage par une main invisible. Un autre enfant dira avoir vu un homme habillé «à l'ancienne» qui se tenait debout près de son lit. On y signale aussi un attelage que l'on entend galoper dans l'allée (la charrette de la nonne et de son parti?). Les circonstances même de l'incendie su presbytère sont elles aussi mystérieuses et ne seront d'ailleurs jamais expliquées. Dans les ruines de l'incendie, on retrouva un squelette de femme enterré dans la cave. Celui de la religieuse assassinée ?
Mais ce n'est pas encore tout: poltergeist; portes arrachées, volets brisées, lueurs étranges, sons terrifiants, pluies de pierres, déplacements inexplicables des meubles, etc... à défaut de saut à l'élastique, le touriste y trouvera donc tout ce qu'il faut pour faire son bonheur pourvu qu'il soit amateur de sensations fortes.
Harry Price, le célèbre chasseur de fantômes qui avait démasqué tant de faux médiums, élucidé tant de fausses hantises, a aussi offert son propre témoignage, étayé de minutieuses constatations. Pour l'occasion, un appareillage moderne avait été employé: enregistreurs caméras, circuit infra-rouge. Pour lui qui était donc un éminent spécialiste de la question (son étude fit d'ailleurs l'objet d'un film: "Qui hante le presbytère de Borley?") il n'y avait pas à tergiverser: les lieux étaient bel et bien hantés et constituaient même l'une des plus évidentes preuves de l'existence des fantômes.
Peut-être pour alimenter la controverse, on accusa Harry Price d'avoir amplifié les événements insolites du presbytère. L'affaire rebondit en 1958 avec les révélations de Marianne Foyster, qui confia à des chercheurs que toutes ces manifestations n'étaient qu'une mise en scène. C'est elle et son défunt époux qui, disait-t-elle alors, étaient derrière chaque coup frappé à Borley. Le commun des mortels croit alors être rasséréné: mais non! voyons! Les fantômes n'existent pas! On vous l'avait bien dit...
Seulement, les Foyster n'étaient pas encore sur place, ni même seulement au monde alors que les lieux étaient déjà réputés hantés. Ils n'ont pas pu expliquer eux-mêmes tous les phénomènes. Avant même la construction du presbytère, un sentier menant à l'église était connu sous le nom du «sentier de la nonne», à cause justement du fantôme d'une religieuse qui y avait maintes fois été aperçu.
Et puis... il reste que, de nos jours encore, l'église de Borley est le théâtre de manifestations étranges. C'est du moins ce que l'on dit.

Nous avons effectué quelques recherches et notamment trouvé une liste des fantômes possibles au presbytère. Vous trouverez ci-dessous une liste des noms ou rôles de personnes ayant connu une fin tragique (traduit de l'anglais, il peut subsister certaines approximations ou erreurs):

1. La nonne - emmurée vivante
2. Le moine - pendu ou décapité
3-4. un ou deux cochers - pendus ou décapités
5. Simon de Sudbury - décapité le 14 juin 1381
6. Sir Edward Waldegrave - mort, Tour de Londres, 1 Septembre 1561
7. John Deeks - très désagréable ministère de 1642-60
8. Cavalier loyaliste - échappé de la bataille de Borley, il fut trouvé et tué.
9. Prêtre catholique (Dominic ou Enoch) - crucifié
10. sa "compagne", une nonne - assassinée
11. Marie Lairre - étranglée par Charles Waldegrave, 17 Mai 1667
12. Arabella Waldegrave - assassinée par sa mère, Henrietta 1697
13. Henrietta Waldegrave - assassinée par Nicholas Waldegrave, 1730
14. "Cris perçants de fille" - défenestrée de la chambre bleue
15-16. deux cochers - exécutés pour meurtre
17. Katie Boreham - étranglée par Harry E. 1888
18. Harry Bull empoisonnée par sa femme, Ivy.
19. Lionel Foyster - empoisonné
20. Harry Price - diffamé.

NB: La voyante Lilian Bailey a reçu un message de Harry Price après sa mort. Il disait: "Le presbytère est vraiment hanté, Borley le prouvera de lui-même et je serai vengé, même si pour ce faire, je dois y revenir et m'y manifester moi-même..."
Malheureusement, cette dernière phrase peut également s'interpréter de deux manières fondamentalement différentes:
L'interprétation fantastique:
En dénigrant Price, on lui a donné une "raison" de se transformer en fantôme après sa mort. En effet, il est mort en conservant une rancune tenace vis-à-vis de l'opprobre qu'on lui a causé (sous-entendu, ce qu'il disait était vrai et le presbytère était donc bel et bien hanté. De toute façon, dans le cas contraire, s'il ne l'était pas, maintenant, il le sera!
L'interprétation rationnelle:
Harry Price était certes convaincu que le presbytère était hanté. Il l'était d'autant plus qu'il voulait y croire. Ce n'était donc qu'une forme d'auto-persuasion qu'il a essayé de communiquer.

17:34 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paranormal, lieu hante |  Facebook |

Le cas d'Allan Kardec

Allan Kardec, de son vrai nom, Denizard Hippolyte-Léon Rivail, est né le 3 octobre 1804 à Lyon, au 76 rue Sala. Il entendit parler pour la première fois des tables tournantes en 1854 et fut tout d’abord très sceptique. Après avoir observé assidûment les manifestations des Esprits par la méthode expérimentale, il prit connaissance de cinquante cahiers de communications qu’il synthétisa et qui formèrent la base du Livre des esprits

Son esprit protecteur lui apprit, par une communication qu’il l’avait connu dans une existence précédente au temps des Druides, il s’appelait alors Allan Kardec.

 

17:25 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : communication, esprits, paranormal |  Facebook |

06/04/2006

Le cas Adamski

Georges Adamski, né en Pologne le 17 avril 1891 et mort le 23 avril 1965 d'une crise cardiaque à Silver Springs, États-Unis, est sans doute le cas le plus célèbre de contacté en ufologie.

Biographie
Professeur de métaphysique et de philosophie, il s'intéresse à l'astronomie et plus particulièrement au phénomène ovni. Il prend plusieurs photographies à l'aide d'un téléscope de soucoupes volantes. À partir de 1952, il prétend avoir été contacté par un occupant d'un de ces engins, qu'il décrit ainsi :

"l'homme ressemblait à tout autre homme, et j'ai remarqué qu'il était relativement plus petit que moi et considérablement plus jeune. [...] Alors pour la première fois j'ai vraiment réalisé que j'étais en présence d'un homme de l'espace — un humain d'un autre monde ! La beauté de son apparence dépassait tout ce que j'avais pu voir. Et l'aspect avenant de son visage me libera de toute pensée personnelle. Je me sentais comme un petit enfant en présence de quelqu'un doté d'une grande intelligence et de beaucoup d'amour, et je devint très humble par rapport à moi-même... de lui émanait le sentiment d'une compréhension et d'une gentillesse infinie, avec une humilité absolue."

Adamski rencontrera plusieurs fois cet "homme", qui l'emmènera faire un tour à bord de son véhicule et lui délivrera des messages de paix, se disant préoccupé par les essais nucléaires pratiqués aux États Unis.

Le 13 mai 1963, Adamski prétendra rencontrer le pape Jean XXIII trois jours avant la mort de celui-ci.

Réalité ou supercherie ?
Adamski, de ses premières interventions jusqu'à aujourd'hui, n'a cessé de diviser les clans ufologues.

Pour certains, il ne fait aucun doute que Georges Adamski était un homme véritablement en contact avec les extra-terrestres. Ils citent par exemple ses rencontres avec des personnages importants comme le président Kennedy, la reine des Pays-Bas Juliana ou le pape Jean XXIII. Ce dernier lui aurait d'ailleurs remis une haute distinction honnorifique vaticane. Les pro-Adamski déclarent aussi que certaines des conversations qu'il aurait eu avec son émissaire extra-terrestre décrivent des phénomènes que la science n'avait pas démontré à l'époque, comme les ceintures de Van Allen ou les images holographiques.

D'un autre côté, les anti-Adamski décrivent ce dernier comme un mystificateur habile. Ainsi, sa rencontre avec le pape ne serait qu'une supercherie, ce dernier étant agonisant sur son lit de mort au moment de la soi-disant rencontre. La médaille honorifique qu'il aurait reçu ne serait en fait qu'un bibelot pour touristes. Ses photographies ne seraient que des trucages, et les témoins de ses rencontres des complices.

Au final, si pour certains, il est "Le premier homme de l'espace", le major Edward Keyhoe le qualifiera d'"opérateur d'un stand de hamburger", relayant la pensée générale de la plupart des scientifiques ufologues, pour qui Adamski aura fait grand tord à leurs études, ses mystifications participant grandement à discréditer leur discipline.
 

19:45 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ovni, paranormal, extraterrestre |  Facebook |

Petites vidéos tirées sur le net

Le tout vous est livré avec de la musique !!!

 

http://video.google.com/videoplay?docid=82668010785067398...

 

http://video.google.com/videoplay?docid=68975751028294786...

 

 

11:10 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paranormal, ovnis, musique, videos |  Facebook |

05/04/2006

Documents vidéos très très intéressants sur des photos d'ovnis

Vidéo tirée de l'Odyssée de l'Etrange présentée par Jacques Pradel :

lien : http://aipl.free.fr/video/odysseepradel.wmv

Durée : + ou - 10 minutes.

 

12:14 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pradel, paranormal, mystere, ovni |  Facebook |

Vague OVNI belge 1989/1990

Voici un nouveau post sur le sujet, une petite vidéo doc.

 

lien : http://aipl.free.fr/video/ovnibelge.wmv

12:08 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ovni, video, paranormal |  Facebook |

04/04/2006

Un OVNI filmé à la Nellis Test Range:

En 1994 un OVNI fut filmé au centre d'essai de la base Nellis de l'US Air Force. Le film fut sorti clandestinement de la base et montré à la télévision dans l'émission "Sightings", accompagné de nombreux commentaires.

LES CIRCONSTANCES:

Les images ont été filmées dans une zone interdite de survol près de la base de Nellis appartenant à l'USAF. Les caméras de surveillance automatique furent verrouillées par détection radar sur un objet qui initialement s'éloignait des caméras, puis changea brusquement de course au moment ou les radars dirigèrent les caméras vers lui. Il semblait que l'objet était curieux de ce qui pouvait le suivre en s'en approcha. La vidéo fut visionnée et retraitée par plusieurs experts en vidéo et photographie, qui furent tous perplexes de ce qu'ils y virent.

Extrait de la video de l'ovni de NellisExtrait de la video de l'ovni de Nellis

COMMUNICATIONS:

Ce qui suit est un extrait des conversations du personnel s'occupant des radars de surveillance. En bons militaires, ils font ce qu'ils peuvent, à savoir une simulation de riposte au cas ou ils auraient ordre de débarrasser le ciel de l'engin.

CONTROL: J'ai un appareil en direction du Nord, très rapide.
OPERATOR 1: J'ai un hélicoptère.
FEMALE OP: A 11:00?
OPERATOR 1: Oui, je ne sais pas ce que fabrique ce truc.
CONTROL: Attention... Nous sommes prêts à tirer.
OPERATOR 2: Qu'est-ce que c'est que ce truc?
OPERATOR 1: Je ne sais pas. Aucune idée. Un hélico?
FEMALE OP: On dirait. Il grimpe maintenant. il grimpe tout droit.
OPERATOR 1: L'objet inconnu est verrouillé. C'est un avion ou un truc dans ce genre. On se prépare à tirer de toute façon, on verra bien ce qui va se passer. On dirait qu'il est stationnaire ici. Il semble qu'il se déplace très lentement ver l'extérieur. Il n'a quasiment aucune vitesse. Je ne sais pas si on le toucherait... [La simulation d'un tir à lieu.] On a un impact. On peut dire qu'on a détruit l'engin inconnu. T-1 Control ne sait pas non plus quel genre d'engin c'est...
OPERATOR 2: C'est bizarre.
OPERATOR 1: Etrange.

LES VIDEOS:

s30_001.mov (8.00 secs, 1392K)
s30_002.mov (5.77 secs, 976K)
s30_003.mov (12.33 secs, 2042K)
s30_004.mov (9.50 secs, 1304K)

Cette vidéo impressionnante, qui a été montrée lors du congrès du CSETI le 9 Avril 1997 à Washington, se rapporte à des événements qui ont eu lieu en 1994 lorsque ce qui semble bien être une machine volante extra-terrestre se promena dans tous les sens au dessus de la base de Nellis au Nevada et fut détectée pendant plusieurs minutes par les appareils de télémétrie de l'US Air Force.

On pense que cette vidéo provient d'une station radar au sol, du Tolicha Peak Electronic Combat Range, faisant situé au Nord Est des terrains de la base de Nellis.

Selon les correspondants du CSETI, la source de la vidéo est authentifiée, il s'agirait d'un ou plusieurs membres du personnel de sécurité qui auraient clandestinement sorti la cassette vidéo de la base. La vidéo fut diffusée sur la chaîne de télévision Américaine FOX TV lors de l'émission "sightings, et quelques autres chaînes de moindre importance.

A certains moments l'OVNI semble constitué de 4 sphères rattachées, à d'autres moments on ne discerne qu'une sorte de nuage de gaz flou. L'engin apparaît être sans conteste dirigé par une intelligence. Est-ce un engin militaire top secret? Son aspect et ses performances semblent l'exclure.

Il existe également une vidéo amateur d'un OVNI en provenance du Mexique dont l'aspect est jugé très semblable à celui de Nellis.

AUTRES IMAGES:

Jetez un oeil sur cette collection d'images et d'agrandissements provenant de la video : http://ufologie.net/htm/nellis2f.htm .

17:57 Écrit par nathi dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ovni, paranormal, article |  Facebook |

Croissance pathologique d'un crâne humain ou trace réelle d'extraterrestre?

CRANES:

Ces crânes ont été photographiés par Robert Connolly lors de son voyage autour du monde au cours duquel il a rassemblé des matériaux relatifs aux civilisations antiques. La découverte de ces crânes peu communs fut une surprise, un résultat fortuit de ses efforts. Robert Connolly a édité ses photographies sur un cédérom, intitulé "La Recherche de la Sagesse Antique", Cambrix, 1-800-992-8781, en 1995.

Les données au sujet des crânes sont incomplètes ce qui rend l'évaluation correcte de leur âge et du contexte, aussi bien que la détermination de leur origine extrêmement difficiles. Certains de ces crânes sont très distincts, comme s'ils appartenaient à des espèces entièrement différentes, vaguement ressemblante au genre Homo.

Il est intéressant de noter que la plupart de ces crânes proviennent du Pérou.

Crâne Alien?


Lumir G. Janku commenta ces crânes en 1996:

"Les deux types montrés ici confinent à l'impossibilité biologique. La seule explication pour que ces spécimens soient créée naturellement est si leur néoténie (la capacité d'une espèce de prolonger sa période de croissance avant la maturation) a été augmenté au delà de la norme applicable aux humains modernes, pour que le crâne puisse acquérir une telle taille. Cela peut également signifier que la durée moyenne de ces spécimens a pu avoir été sensiblement plus longue que la moyenne du genre humain moderne."

Crâne Alien?

"Toute conjecture que ce que ces spécimens sont simplement des déformations ou des cas pathologiques doit être abandonnée. Des types anormaux de croissance ou de forme apparaissent de temps en temps dans la population humaine moderne, cependant, ces occurrences sont toujours dans les marges de notre espèce. Le plus grand crâne humain anormal documenté dans la littérature médicale a une capacité crânienne de 1980 cm3, (*) cependant, la forme du crâne elle-même était normale. En outre, il est nécessaire de garder à l'esprit que n'importe quelle type de croissance pathologique du crâne a de grandes conséquences pour l'individu atteint lors de la première partie de sa croissance, pratiquement sans exception. La nature est très impitoyable à cet égard. Or, tous les spécimens présentés ici étaient des individus mûrs."

(*) Les mesures indiquent que ladite capacité crânienne dépasse dans ce cas les 3000 cm3!

Conclusions?

Tout ceci est troublant et inattendu. Des conclusions? Il y a là un terrain de recherche qui reste grand ouvert, aucune conclusion ne peut encore être émise puisqu'il n'y a quasiment pas d'investigation de ce genre de cas. Mais une chose est certaine: il est difficile de maintenir que des extra-terrestres n'ont pas visité la Terre "car sinon il y aurait des traces". Il se peut bien que ces traces soient sous notre nez.

 

Nota bene :

Si des étrangers venant d'autres planètes visitent la Terre, ils ont du le faire dans le passé également et il doit en rester des traces. S'il y a des traces, on peut les chercher, voire les trouver et les étudier.

02/04/2006

Quelques coïncidences ...

 

Le 11 est LE nombre , je ne dirai pas responsable , mais plutôt LA coincidence de l'attentat du 11 septembre 2001 .

Voici pourquoi:

D'une part:

1) New York City comporte 11 lettre

2) New york est l'état n°11 des USA.

3) Afghanistan comporte 11 lettres.

4) "The Pentagon" comporte 11 lettres.

5) Ramsin Yuseb comporte 11 lettres.

Simple coincidence? C'est vrai qu'il faut chercher pour trouver, on l'on trouve souvent"New York CITY", et pourquoi "THE Pentagon", tout simplement parce qu'il est considéré comme LE siège des affaires Américaines (et même plus) .

 

6) George W. Bush comporte 11 lettres : indice qui ne marche pas.

Le W. désigne le deuxième prénom du président (Walter). Donc George Walter Bush comporte16 lettres.Grand merci aux internautes qui ont corrigé le tir.


7) Les Twins Towers de part leurs formes nous rappele le chiffre 11

8) Les Twins Towers de part leurs formes nous rappele le chiffre 11]passagers, ce qui donne en additionant 9+2=11.

9) Le 2ème vol Nº77, comptait 65 passagers soit 6+5=11.

10) La tragédie a eu lieu le 11 de Septembre, soit le 11/9 (1+1+9=11).
11) La date coincide avec le numéro des urgences 911 or 911=9+1+1=11.


Et encore plus extraordinaire :


12) Le 11 Septembre, est le 254ème jour de l'année soit : 2+5+4=11.

13) A partir du 11 septembre il reste 111 jours jusqu'a la fin de l'année.

14) Nostradamus (11 lettres) a prévu la destruction
de New-York dans son chapitre 11.

15) L'attentat de Madrid qui a tué 209 personnes (2+9=11) s'est produit
le 11.03.2004 = 1+1+3+2+4=11.

PLUS: Si vous tapez le code d'un des avions a se planter contre les Twins Towers sur WORD, et que vous mettez le code en police d'écriture windgings, on voit apparaitre un avion, des rectangles CENSES être des tours, un crâne, et le symbole du diable!.
Ce code est l'un d'un des 2 avions, Q33NY.


hoax ou vraie présence dans ce cimetière?

Voici le lien :

 

http://www.filecabi.net/v/file/girlbemetary/wmv

19:28 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : video, cimetiere, ombre, hoax, paranormal |  Facebook |

L'opéra hanté

 

Fairmount, Indianapolis - Un groupe d'étudiants qui utilisaient un bâtiment vieux de 120 ans pour des répétitions théâtrales a été témoin d'évènements paranormaux qui les pousses à croire à l'existence d'un fantôme en ces lieux.

Il y a un an, peu de temps après que les étudiants aient commencé à répéter dans l'opéra de Scott, les histoires de fantôme ont commencé, a indiqué Judy Cowling, présidente de « Historic Fairmount »

Il y avait des bruits bizarres, les lumières s'éteignaient sans raison et les objets se déplaçaient d'un endroit à l'autre. Un jeune a même affirmé avoir aperçu le visage d'un homme barbu. Cowling, dont le groupe possède le bâtiment et espère le rénover, ne croit pas que le bâtiment est hanté : "je suis très sceptique" a t-elle avoué.

Pour prouver son point de vue, Cowling a décidé de passer une soirée avec les étudiants dans la vieille bâtisse, qui a été construite en 1884 dans une ville à environ 100 kilomètres au Nord-Est d'Indianapolis. Cette nuit là, alors qu'elle entrait dans une chambre, la porte s'est brusquement refermée derrière elle, l'empêchant de sortir de la pièce.

En mars les rumeurs circulant sur l'opéra ont attiré des traqueurs de fantômes arrivant d'Indiana. Après avoir installé leur équipement sur les lieux, ils ont vérifié les changements des champs électromagnétiques qui d'après eux pourraient indiquer la présence de spectres. Ils ont également pris des photos pour tenter de capturer des images invisibles à l'œil humain. Aucun fantôme n'a été vu, mais de nombreux spectateurs curieux ont assisté à l'investigation.

Cowling a indiqué que le groupe de chasseurs de fantômes d'Indianapolis projette sa propre recherche.

18:20 Écrit par nathi dans paranormal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lieu hante, esprit, fantome, paranormal |  Facebook |

La réincarnation de Bouddha ?

 

 

Certains sont convaincus qu'il est la réincarnation de Bouddha. Des milliers de curieux s'enfoncent chaque jour dans la jungle népalaise pour apercevoir un adolescent en pleine méditation, qui n'aurait pas bougé, ni mangé, ni bu, depuis six mois.
Ram Bahadur Banjan, 15 ans, reste immobile, les yeux clos, niché dans la position du lotus au creux des racines d'un arbre de la jungle de Bara, à environ 160km au sud de Katmandou. Il est censé être demeuré ainsi depuis le 17 mai mais ses fidèles le dérobent chaque nuit à la vue du public.

Un journaliste du journal Kantipur, Sujit Mahat, a passé deux jours sur place. D'après lui, environ 10 000 personnes viendraient quotidiennement rendre visite au jeune homme.

Devant l'affluence, des militaires ont été déployés dans le secteur pour canaliser la foule. Un stationnement a été improvisé et des commerçants ont installé des stands à proximité de la retraite de l'adolescent, un lieu habituellement peu fréquenté.

Nombre de visiteurs croient se recueillir devant la réincarnation de Gautama Siddhartha, né dans le sud-ouest du Népal, non loin du site, aux environs de 500 avant Jésus-Christ, et vénéré ensuite comme Bouddha, «l'Éveillé».

La police, elle, mène l'enquête. «Nous avons une équipe (...) qui étudie sur ces affirmations pour savoir comment quelqu'un pourrait survivre si longtemps sans eau ni nourriture», explique l'inspecteur de police Chitra Bahadur Gurung. Ses hommes ont interrogé les proches de l'adolescent mais n'ont pu questionner directement le jeune homme, évidemment silencieux.

Les autorités locales ont aussi demandé à l'Académie royale népalaise des sciences et de technologie d'envoyer des scientifiques de Katmandou pour examiner l'adolescent. D'après le journaliste Sujit Mahat, les visiteurs sont maintenus par un cordon à une distance 25 mètres du méditant, qu'ils ne peuvent apercevoir qu'en plein jour, de l'aube au crépuscule. Au coucher du soleil, ses proches placent un écran devant le jeune homme, le protégeant des regards.

«On ne peut pas dire ce qui arrive après la nuit tombée», explique Sujit Mahat. «Les gens n'ont pu voir que ce qui se passait dans la journée, et beaucoup pensait que c'était une sorte de Dieu».

Le bouddhisme compte environ 325 millions de fidèles, la majorité en Asie. Pour ceux qui l'approfondissent, cette religion enseigne l'art de rectifier sa pensée et de se contrôler pour tenter d'atteindre le nirvana, état divin de paix et félicité que seul peut expérimenter l'être débarrassé de tout désir.

 Le vol 401

 
En 1972, un appareil tristar, compagnie Eastern Airlines s'est écrasé dans un marécage en Floride faisant 101 morts (photos de l'article).

Plus tard sur cette même compagnie, des pilotes et personnels de bord ont témoigné avoir aperçu Bob Loft (commandant du vol 401) et Don Repo (chef mecanicen de ce même vol)
Plus de 20 témoignages ont été recueillis.

Après enquête, la compagnie à découvert un détail effrayant, chaque appareil concerné par les témoignages, avait reçu une pièce recyclée du vol 401.
Quelques témoignages concernent des personnes qui avaient travaillées avec Loft et Repo. Ils avaient reconnu leurs collègues et leurs uniformes.

L'enquête fut menée par John G Fuller et des membres désignés de la compagnie.
Même les journaux de bord mentionnent les apparitions.

Certains personnes perdirent leur emploi après avoir témoigné devant le psychiatre de la compagnie.

Cette affaire n'est pas très connue. Mais les scénaristes se sont emparés de l'histoire tragique du vol 401 pour en faire un film.
 

DISQUE FLOU DANS LE MASSACHUSSETS, USA:

Dennis. -- Le témoin dit: "Le 20 mars 2006, à 19:25, sur mon porche avant faisant face à la baie de Cape Cod, j'ai regardé en l'air et ai vu une lumière extrêmement brillante dans le ciel, juste au-dessus de la ligne des arbres, de la forme d'un disque flou. Il était tout à fait grand et avait seulement été visible pendant un une seconde, et se déplaçait tellement rapidement que j'ai cligné des yeux et il était parti. Je jamais n'y aurais plus pensé mais mes yeux étaient encore blessés de l'éclat. La taille de l'objet serait à c peu près une pièce d'un quart de dollar tenu à bout de bras. Elle était jaunâtre-blanche lumineux dans la forme d'un disque, presque oblong, mais elle était floue. C'était de la taille d'un avion volant bas. Il était dans le chemin de l'itinéraire d'avion se déplaçant extrêmement rapidement. En un clin d'oeil c'était parti."

17:58 Écrit par nathi dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : infos, ovni, paranormal |  Facebook |

TRIANGLE VOLANT OU AVION, NEW YORK, USA:

Poughkeepsie -- Le 8 mars 2006, à 20:00, un triangle volant a été aperçu en plein éclairage de chaque côté. Un côté était tout rouge et l'autre côté était vert. Il planait sur place pendant la majeure partie du temps, alors s'est soudainement déplacé vers un autre secteur dans le ciel pendant quelques moments et a alors disparu. Les lumières ont clignoté en marche et en arrêt pendant environ quinze minutes.

17:57 Écrit par nathi dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ovni, paranormal, infos |  Facebook |